Galeries

MARGARET TYLER, « M.T. AU LECTEUR » (1578)

Traduction et édition: Sophie Chiari, Université Clermont-Auvergne

 

Accéder à la version originale du texte

Télécharger la préface en version bilingue (pdf)

On ne connaît que fort peu de choses de la vie de celle qui fut pourtant la première femme en Angleterre à avoir traduit un ouvrage de fiction en suivant directement l’original espagnol plutôt qu’une réécriture française, et à défendre dans sa préface la place des femmes au sein de la littérature en général et pas simplement dans le domaine de la littérature dévote, souvent choisie par les traductrices de l’époque. D’origine modeste mais non sans éducation, Margaret Tyler a probablement fréquenté dans sa jeunesse une classe moyenne en plein essor et sa connaissance de la langue espagnole donne à penser qu’elle a pu fréquenter des marchands anglais en affaires avec les Espagnols. Le fait qu’à la fin du 16e siècle, Tyler ose traduire un ouvrage espagnol teinté de catholicisme et, qui plus est, qu’elle s’attaque à un récit ayant essentiellement trait à l’amour courtois, semble faire de sa préface un manifeste féministe avant l’heure.  Or, la lecture proto-féministe de ce texte désormais inclus dans diverses anthologies de l’écriture au féminin est aujourd’hui sujette à controverse pour des raisons historiographiques autant qu’idéologiques.

Préface

M. T. au Lecteur

Cher lecteur, tu trouveras ici l’histoire d’un empereur grec nommé Trébatius[1].  Récit véridique de ses exploits ou joyeuse fable, je ne saurais dire, et je n’ai pas non plus vraiment cherché à le savoir lorsque je l’ai traduite, mais je t’en propose une version en anglais à titre d’instruction et de divertissement[2]. Continuer la lecture de MARGARET TYLER, « M.T. AU LECTEUR » (1578)