WILLIAM MASON, « PREFACE TO THE ART OF PAINTING » (1783)

Read the French translation of the text

Download the bilingual version of the text (pdf)

William Mason (1725-1797) is one of the many 18th century clergymen who were also men of letters. He was interested in music and in the aesthetics of landscape painting. As a poet he wrote his most famous text on the art of gardens: The English Garden (4 volumes, 1772-1781), a didactic poem inspired by the Georgics. Mason learned Latin at the Hull Grammar School and painted as an amateur, a practice which probably led him to translate Charles-Alphonse Dufresnoy’s Latin poem, De Arte Graphica. Dufresnoy’s ideas are not original in that they mostly repeat the theories on art developed during the Italian Renaissance. His poem however achieved posterity through its different translations, both in French and English. Among its English translators feature most notably John Dryden and Charles Jervas in collaboration with Alexander Pope.

Mason’s preface offers insights both on translation and on the translator’s task. The necessity of undertaking the translation of Dufresnoy’s poem is based on the usefulness of his text which works as compendium on the essential principles of the art of painting, a sort of manual for the painter and amateur. The difficulty of the translator’s task is emphasized through allusion to the painstaking line-by-line translation. Mason also mentions the time span between the beginning and the end of his work as a way of underlining the merits of letting the text lie. By mentioning previous translations, he also poses the question of the choice of verse or prose in the translation of poetry. Finally he maintains that translation is the business of men of letters and professionals of language but that it cannot be done without the contribution of an expert on the subject (Reynold in his case) for the footnotes.

 

The poem of M. Du Fresnoy, when considered as a Treatise on Painting, may unquestionably claim the merit of giving the leading Principles of the Art with more precision, conciseness, and accuracy, than any work of the kind that has either preceded or followed it; yet as it was published about the middle of the last century, many of the precepts it contains have been to frequently repeated by later writers, that they have lost the air of novelty, and will, consequently, now be held common; some of them too may, perhaps, not be so generally true as to claim the authority of absolute rules. Yet the reader of taste will always be pleased to see a Frenchman holding out to his countrymen the Study of Nature, and the chaste Models of Antiquity, when (if we except Le Sueur and Nicolo Poussin, who were Fresnoy’s contemporaries) so few Painters of that nation have regarded either of these architypes. The modern Artist also will be proud to emulate that simplicity of style, which this work has for more than a century recommended, and which, having only very lately got the better of fluttering drapery and theatrical attitude, is become one of the principal tests of Picturesque excellence.

But if the Text may have lost somewhat of its original merit, the Notes of Mr. Du Piles, which have hitherto accompanied it, have lost much more. Indeed it may be doubted whether they ever had merit in any considerable degree. Certain it is that they contain such a parade of common-place quotation, with so small a degree of illustrative science, that I have thought proper to expel them from this edition, in order to make room for their betters.

As to the poetical powers of my Author, I do not suppose that these alone would ever have given him a place in the numerous libraries which he now holds; and I have, therefore, often wondered that Mr. De Voltaire, when he gave an account of the authors who appeared in the age of Louis XIV should dismiss Fresnoy, with saying, in his decisive manner, that “his Poem has succeeded with such persons as could bear to read Latin Verse, not of the Augustan Age1. This is the criticism of a mere Poet. No body, I should suppose, ever read Fresnoy to admire, or even criticise his versification, but either to be instructed by him as a Painter, or improve as a Virtuoso.

It was this latter motive only, I confess, that led me to attempt the following translation; which was begun in very early youth; with the double view of implanting in my own memory the principles of a favourite art, and of acquiring a habit of versification, for which purpose the close and condensed stile of the original seemed peculiarly calculated, especially when considered as a sort of school exercise. However the task proved difficult, that when I had gone through a part of it I remitted of my diligence, and proceeded at such separate intervals, that I had passed many posterior productions thro’ the press before this was brought to any conclusion in manuscript; and, after it was so, it lay long neglected, and would certainly have never been made public, had not Sir Joshua Reynolds requested a sight of it, and made an obliging offer of illustrating it by a series of his own notes. This prompted me to revise it with all possible accuracy; and as I had preserved the strictures which my late excellent friend Mr. Gray had made many years before on the version, as it then stood, I attended to each of them in their order with that deference which every criticism of his must demand. Besides this, as much more time was now elapsed since I had myself perused the copy, my own eye was become more open to its defects. I found the rule which my Author had given to his Painter full of useful to a Writer,

            (Ast ubi consilium deerit sapientis amici

            Id tempus dabit, atque mora intermissa labori.)

And I may say, with truth, that having become from this circumstance, as impartial, if not as fastidious, to my own work, as any other critique could possibly have been, I hardly left a single line in it without giving it, what I thought, an emendation. It is not, therefore, as a juvenile work that I now present it to the public, but as one which I have improved to the utmost of my mature abilities, in order to make it more worthy its Annotator.

In the preceding Epistle I have obviated, I hope, every suspicion of arrogance in attempting this work after Mr. Dryden. The single consideration that his Version was in Prose were in itself sufficient; because, as Mr. Pope has justly observed, Verse and even Rhyme is the best mode of conveying preceptive truths, “as in this way they are more shortly expressed, and more easily retained2.” Still less need I make an apology for undertaking it after Mr. Wills, who, in the year 1754, published a Translation of it in Metre without Rhyme3

.

This Gentleman, a Painter by profession, assumed for his motto,

Tractant Fabrilia Fabri;

but however adroit he might be in handling the tools of his own art, candour must own that the tools of a Poet and a Translator were beyond his management; attempting also a talk absolutely impossible, that of expressing the sense of his Author in an equal number of lines, he produced a version which (if it was ever read through by any person except myself) is now totally forgotten. Nevertheless I must do him the justice to own that he understood the original text; that he detected some errors in Mr. Dryden’s Translation, which had escaped Mr. Jervas (afflicted, as it is said, by his friend Mr. pope) in that corrected Edition which Mr. Graham inscribed to the Earl of Burlington; and that I have myself sometimes profited by his labours. It is also from his Edition that I reprint the following Life of the Author, which was drawn up from Felibien and other Biographers by the late Dr. Birch, who, with his usual industry, has collected all they have said on Fresnoy’s subject.

 

  1. Du Frenoi (Charles) né à Paris 1611, peintre & poète. Son poème de la peinture a réussi auprès de ceux qui peuvent lire d’autres vers latins que ceux du siècle d’Auguste. Siècle de Louis XIV. Tom. I. []
  2. See his Advertisement before the Essay on Man. []
  3. I call it so rather that Blank Verse, because it was devoid of all harmony of numbers. The beginning. Which I shall here insert, is a sufficient proof of the truth of this assertion.

    As Painting, Poesy, so similar

    To Poesy be Painting; emulous

    Alike, each to her sister doth refer,

    Alternate change the office and the name;

    Mute verse is this, that speaking picture call’d.

    From this little specimen the reader will easily form a judgement of the whole. []

WILLIAM MASON, « PRÉFACE À THE ART OF PAINTING » (1783)

Traduction: Elisabeth Martichou, Université Paris 13

Accéder à la version originale du texte

Télécharger la version bilingue du texte (pdf)

William Mason (1725-1797) faisait partie de ces ecclésiastiques qui étaient en même temps hommes de lettres. Il  s’intéressait également à la musique ainsi qu’à l’esthétique paysagère. Poète, il  consacra son plus célèbre écrit, The English Garden (4 volumes, 1772-1781) à l’art des jardins. Il s’agit d’un poème didactique inspiré des Géorgiques. Mason avait appris le latin à la Grammar School de Hull et pratiquait la peinture en amateur, ce qui l’amena probablement à traduire un poème latin du peintre Charles-Alphonse Dufresnoy, De Arte Graphica. Pour ce qui est du contenu, le poème de Dufresnoy ne fait pas montre d’une grande originalité, reprenant la plupart du temps des idées formulées par la théorie de l’art italienne de la Renaissance. S’il passa à la postérité, il le doit notamment au fait d’avoir été plusieurs fois traduit en français et en anglais, notamment par Dryden, et Charles Jervas en collaboration avec Alexander Pope.

La préface de Mason contient des remarques à propos de la traduction et du traducteur. La nécessité de l’entreprise se fonde sur l’utilité de l’œuvre, condensé des principes essentiels de l’art de peindre, sorte de manuel du peintre et de l’amateur. Est également soulignée la difficulté de la tâche, travail minutieux, vers après vers ; mention est faite du temps écoulé entre le début et l’achèvement du travail et donc du bien fondé de laisser reposer l’ouvrage. Mason, en évoquant les traductions antérieures, pose la question du choix des vers ou de la prose pour traduire un poème. Enfin, il affirme à la fois que l’acte de traduire  est affaire d’homme de lettres, de  professionnel du langage mais qu’il  ne peut se faire sans la contribution d’un spécialiste du sujet, Reynolds en l’occurrence ici, pour les notes.

 

Le poème de M. Du Fresnoy, si on le considère comme un traité sur la peinture, peut indéniablement revendiquer le mérite d’énoncer les principes fondamentaux  de cet art avec davantage de précision, de concision et d’exactitude que tout autre ouvrage de ce genre l’ayant précédé ou suivi ; cependant, comme il fut publié vers le milieu du siècle dernier, beaucoup des préceptes qu’il contient ont été si fréquemment repris par des auteurs plus récents qu’ils ont perdu  leur air de nouveauté et par conséquent passent désormais pour des banalités. Certains d’entre eux, de plus, n’offrent peut-être pas un caractère de vérité générale suffisant   pour prétendre à l’autorité de règles absolues. Pourtant le lecteur de goût sera toujours ravi  de voir un Français donner en exemple à ses compatriotes l’étude de la nature et les chastes modèles de l’Antiquité alors que, à l’exception de Le Sueur et Nicolas Poussin, qui étaient les contemporains de Dufresnoy, si peu de peintres de cette nation ont tenu compte  de l’un ou l’autre de ces deux principes. L’artiste moderne sera également fier  d’imiter cette  simplicité du style, que cet ouvrage recommande depuis plus d’un siècle et qui, ayant tout récemment triomphé du flottement des draperies  et des poses théâtrales, est devenue l’un des principaux critères de l’excellence dans le pittoresque.

  Mais si le texte a peut-être perdu une partie de son mérite initial, ceci est encore bien plus vrai pour les notes de M. De Piles, qui l’ont jusqu’à présent accompagné. En vérité on peut même douter qu’elles aient jamais eu le moindre mérite. Assurément elles renferment un si grand nombre de lieux communs  et si peu d’explications que j’ai jugé bon de ne pas les inclure dans cette édition et de les remplacer par d’autres de meilleur aloi.

Quant aux talents poétiques de mon auteur, je ne crois pas qu’ils auraient pu suffire à lui assurer la place qu’il occupe à présent dans de nombreuses bibliothèques et je me suis par conséquent souvent étonné de ce que M. de Voltaire, rendant compte  des auteurs du siècle de Louis XIV, ait ainsi tranché, comme à  son habitude, pour écarter Dufresnoy : « Son poème de la Peinture a réussi auprès  de ceux qui peuvent  lire d’autres vers que ceux du siècle d’Auguste1. » C’est la critique de qui se cantonne à la poésie. Personne, à mon avis, n’a jamais lu Dufresnoy pour admirer ou même critiquer sa versification mais plutôt pour être instruit par lui, si l’on est peintre, ou pour être plus savant, si l’on est amateur.

Seule cette dernière raison m’a, je l’avoue, amené à entreprendre la traduction qui suit ; je l’avais commencée dans ma jeunesse avec la double intention de mémoriser les principes d’un art que j’affectionnais et d’acquérir l’habitude de la versification, ce pour quoi le style serré et concis de l’original semblait particulièrement approprié , surtout si on l’envisageait comme un exercice scolaire2. Cependant la tâche s’avéra si ardue qu’après en avoir exécuté une partie, mon zèle diminua et ne s’exerça qu’à intervalles distants si bien que je donnai à imprimer nombre de productions postérieures avant d’achever ce manuscrit . Même une fois terminé, il fut longtemps oublié et n’aurait certainement jamais été publié, si sir Joshua Reynolds n ’avait demandé à le voir et n’avait aimablement proposé de l’éclairer par un ensemble de notes de son cru. Ceci m’a incité à le réviser avec la plus grande précision et, comme j’avais conservé trace des réserves faites par mon excellent ami M. Gray il y a bien des années sur un état antérieur du texte, je les ai examinées dans l’ordre et avec le respect qu’exige chacune de ses critiques3. Par ailleurs, un grand laps de temps s’étant encore écoulé depuis ma dernière lecture, mon œil fut plus attentif aux erreurs. J’ai trouvé que la règle que mon auteur donne à son peintre était tout aussi utile à l’écrivain :

Ast ubi consilium deerit sapientis amici

Id tempus dabit, atque mora intermissa labori

 Mais là où le conseil d’un sage ami te fait défaut, / Le temps te l’apportera si tu laisses pour un moment ton ouvrage 4

 Je puis dire, avec véracité, qu’étant devenu, de par cette circonstance, aussi impartial, voire aussi exigeant envers mon propre travail que n’importe quel  critique aurait pu l’être, j’ai tenté d’améliorer quasiment chaque vers. Ce n’est donc pas une œuvre de jeunesse que je présente désormais au public mais le fruit de la maturité, un ouvrage amendé pour le rendre digne de son annotateur.

Dans l’épître5 qui précède j’ai prévenu, je l’espère, les soupçons concernant mon arrogance à entreprendre ce travail après M. Dryden. La seule considération que sa version était en prose serait une justification suffisante car, comme M. Pope l’a justement observé, le vers et la rime sont la meilleure manière de rendre  les préceptes, « car ainsi ils sont plus brièvement exprimés  et plus  aisément retenus »6.Il est encore moins nécessaire que je m’excuse d’avoir succédé à M. Wills qui, en 1754, a fait paraître une traduction en vers non rimés7.

Ce monsieur, peintre de profession, avait pris pour devise :

Tractant Fabrilia Fabri

Les artisans traitent de ce qui a rapport à leur art .8

Cependant, tout habile qu’il ait pu être à manipuler les outils de son art, en toute impartialité, force est d’admettre que ceux du poète et du traducteur n’étaient pas à sa portée. En entreprenant la tâche tout à fait impossible qui consiste à rendre le sens d’un auteur en un même nombre de vers, il a donné une version du texte désormais totalement oubliée, si tant est que quiconque à part moi l’ait lue. Néanmoins je lui dois cette justice de reconnaître qu’il a compris le texte original, qu’il a décelé certaines erreurs dans la traduction de M. Dryden, erreurs qui avaient échappé à Mr Jervas ( assisté, à ce qu’on dit, par son ami M. Pope) dans l’édition révisée que M. Graham dédia au comte de Burlington9. J’ajouterai que j’ai parfois moi-même tiré profit de ses travaux. C’est aussi de son édition que je reprends la Vie de l’auteur, tirée de Félibien10 et d’autres biographes par le regretté Dr Birch, lequel, avec sa diligence coutumière, a réuni tout ce qu’ils ont dit à propos de Dufresnoy11.

 

 

  1. Mason traduit mot à mot une notice de Voltaire. Cf François-Marie Arouet, dit Voltaire, Le Siècle de Louis XIV, 1751, in Œuvres complètes, 20 vols., Firmin Didot, Paris, 1830, vol.19, p.103. []
  2. Mason commença sa traduction quand il était à Cambridge. Cf John W. Draper, William Mason : a Study in Eighteenth-Century Culture, New York, New York University Press, 1924, pp. 91-92. []
  3. Thomas  Gray (1716-1771),  érudit et poète, auteur du célèbre poème préromantique« Elegy Written in a Country Church-Yard ». L’amitié entre Mason et Gray débuta à l’université. Mason fit paraître en 1775 une édition des poèmes de Gray. []
  4. La traduction est celle de Roger de Piles in L’ Art de peinture de Charles-Alphonse Dufresnoy, traduit en français avec des remarques nécessaires et très amples, Nicolas Langlois, Paris, 1768, pp. 46-47. []
  5. Il s’agit de l’épître à Reynolds. []
  6. Mason fait ici référence à un bref passage de l’avertissement de l’Essay on Man : « … principles, maxims, or precepts so written, both strike the reader more strongly at first, and are more easily retained by him afterwards. »  Alexander Pope, An Essay on Man, 1733-1734, in The Poems of Alexander Pope, ed. John Butt, Methuen, Bungay (Suffolk), 1963, p.502. []
  7. Note de Mason : Je la nomme ainsi plutôt que vers blancs car elle est dénuée de toute harmonie du nombre. Le début, reproduit ici, le montre suffisamment : « La peinture est semblable à la poésie/ Et la poésie à la peinture ; rivalisant/ Chacune renvoie à sa sœur,/ Echangeant nom et emploi, / L’une poème muet, l’autre tableau parlant. » A partir de ce court exemple, le lecteur se fera une opinion de l’ensemble. []
  8. Wills affirme dans sa préface l’insuffisance de la seule compréhension de la langue : le traducteur, selon lui, doit être à la fois praticien de la peinture, théoricien de son art et amateur ayant fait le Grand Tour. []
  9. Il s’agit de Richard Graham , auteur de « A short account of the most eminent painters, both ancient and modern », qui figure en supplément de la traduction de Dryden en 1695, et de  Richard Boyle, 3ème comte de Burlington (1694-1753), collectionneur, architecte et mécène. []
  10. André Félibien (1619-1695), théoricien de l’art dont les Entretiens sur les vies et les ouvrages des plus excellents peintres anciens et modernes parut en 1666. []
  11. Thomas Birch (1705-1766), compilateur et biographe, co-éditeur du General Dictionary, Historical and Critical (1734-1741). []