Archives de catégorie : 18e siècle

WILLIAM MASON, “PRÉFACE À THE ART OF PAINTING” (1783)

Traduction: Elisabeth Martichou, Université Paris 13

Accéder à la version originale du texte

Télécharger la version bilingue du texte (pdf)

William Mason (1725-1797) faisait partie de ces ecclésiastiques qui étaient en même temps hommes de lettres. Il  s’intéressait également à la musique ainsi qu’à l’esthétique paysagère. Poète, il  consacra son plus célèbre écrit, The English Garden (4 volumes, 1772-1781) à l’art des jardins. Il s’agit d’un poème didactique inspiré des Géorgiques. Mason avait appris le latin à la Grammar School de Hull et pratiquait la peinture en amateur, ce qui l’amena probablement à traduire un poème latin du peintre Charles-Alphonse Dufresnoy, De Arte Graphica. Pour ce qui est du contenu, le poème de Dufresnoy ne fait pas montre d’une grande originalité, reprenant la plupart du temps des idées formulées par la théorie de l’art italienne de la Renaissance. S’il passa à la postérité, il le doit notamment au fait d’avoir été plusieurs fois traduit en français et en anglais, notamment par Dryden, et Charles Jervas en collaboration avec Alexander Pope.

La préface de Mason contient des remarques à propos de la traduction et du traducteur. La nécessité de l’entreprise se fonde sur l’utilité de l’œuvre, condensé des principes essentiels de l’art de peindre, sorte de manuel du peintre et de l’amateur. Est également soulignée la difficulté de la tâche, travail minutieux, vers après vers ; mention est faite du temps écoulé entre le début et l’achèvement du travail et donc du bien fondé de laisser reposer l’ouvrage. Mason, en évoquant les traductions antérieures, pose la question du choix des vers ou de la prose pour traduire un poème. Enfin, il affirme à la fois que l’acte de traduire  est affaire d’homme de lettres, de  professionnel du langage mais qu’il  ne peut se faire sans la contribution d’un spécialiste du sujet, Reynolds en l’occurrence ici, pour les notes.

 

Le poème de M. Du Fresnoy, si on le considère comme un traité sur la peinture, peut indéniablement revendiquer le mérite d’énoncer les principes fondamentaux  de cet art avec davantage de précision, de concision et d’exactitude que tout autre ouvrage de ce genre l’ayant précédé ou suivi ; cependant, comme il fut publié vers le milieu du siècle dernier, beaucoup des préceptes qu’il contient ont été si fréquemment repris par des auteurs plus récents qu’ils ont perdu  leur air de nouveauté et par conséquent passent désormais pour des banalités. Certains d’entre eux, de plus, n’offrent peut-être pas un caractère de vérité générale suffisant   pour prétendre à l’autorité de règles absolues. Pourtant le lecteur de goût sera toujours ravi  de voir un Français donner en exemple à ses compatriotes l’étude de la nature et les chastes modèles de l’Antiquité alors que, à l’exception de Le Sueur et Nicolas Poussin, qui étaient les contemporains de Dufresnoy, si peu de peintres de cette nation ont tenu compte  de l’un ou l’autre de ces deux principes. L’artiste moderne sera également fier  d’imiter cette  simplicité du style, que cet ouvrage recommande depuis plus d’un siècle et qui, ayant tout récemment triomphé du flottement des draperies  et des poses théâtrales, est devenue l’un des principaux critères de l’excellence dans le pittoresque.

  Mais si le texte a peut-être perdu une partie de son mérite initial, ceci est encore bien plus vrai pour les notes de M. De Piles, qui l’ont jusqu’à présent accompagné. En vérité on peut même douter qu’elles aient jamais eu le moindre mérite. Assurément elles renferment un si grand nombre de lieux communs  et si peu d’explications que j’ai jugé bon de ne pas les inclure dans cette édition et de les remplacer par d’autres de meilleur aloi.

Quant aux talents poétiques de mon auteur, je ne crois pas qu’ils auraient pu suffire à lui assurer la place qu’il occupe à présent dans de nombreuses bibliothèques et je me suis par conséquent souvent étonné de ce que M. de Voltaire, rendant compte  des auteurs du siècle de Louis XIV, ait ainsi tranché, comme à  son habitude, pour écarter Dufresnoy : « Son poème de la Peinture a réussi auprès  de ceux qui peuvent  lire d’autres vers que ceux du siècle d’Auguste1. » C’est la critique de qui se cantonne à la poésie. Personne, à mon avis, n’a jamais lu Dufresnoy pour admirer ou même critiquer sa versification mais plutôt pour être instruit par lui, si l’on est peintre, ou pour être plus savant, si l’on est amateur.

Seule cette dernière raison m’a, je l’avoue, amené à entreprendre la traduction qui suit ; je l’avais commencée dans ma jeunesse avec la double intention de mémoriser les principes d’un art que j’affectionnais et d’acquérir l’habitude de la versification, ce pour quoi le style serré et concis de l’original semblait particulièrement approprié , surtout si on l’envisageait comme un exercice scolaire2. Cependant la tâche s’avéra si ardue qu’après en avoir exécuté une partie, mon zèle diminua et ne s’exerça qu’à intervalles distants si bien que je donnai à imprimer nombre de productions postérieures avant d’achever ce manuscrit . Même une fois terminé, il fut longtemps oublié et n’aurait certainement jamais été publié, si sir Joshua Reynolds n ’avait demandé à le voir et n’avait aimablement proposé de l’éclairer par un ensemble de notes de son cru. Ceci m’a incité à le réviser avec la plus grande précision et, comme j’avais conservé trace des réserves faites par mon excellent ami M. Gray il y a bien des années sur un état antérieur du texte, je les ai examinées dans l’ordre et avec le respect qu’exige chacune de ses critiques3. Par ailleurs, un grand laps de temps s’étant encore écoulé depuis ma dernière lecture, mon œil fut plus attentif aux erreurs. J’ai trouvé que la règle que mon auteur donne à son peintre était tout aussi utile à l’écrivain :

Ast ubi consilium deerit sapientis amici

Id tempus dabit, atque mora intermissa labori

 Mais là où le conseil d’un sage ami te fait défaut, / Le temps te l’apportera si tu laisses pour un moment ton ouvrage 4

 Je puis dire, avec véracité, qu’étant devenu, de par cette circonstance, aussi impartial, voire aussi exigeant envers mon propre travail que n’importe quel  critique aurait pu l’être, j’ai tenté d’améliorer quasiment chaque vers. Ce n’est donc pas une œuvre de jeunesse que je présente désormais au public mais le fruit de la maturité, un ouvrage amendé pour le rendre digne de son annotateur.

Dans l’épître5 qui précède j’ai prévenu, je l’espère, les soupçons concernant mon arrogance à entreprendre ce travail après M. Dryden. La seule considération que sa version était en prose serait une justification suffisante car, comme M. Pope l’a justement observé, le vers et la rime sont la meilleure manière de rendre  les préceptes, « car ainsi ils sont plus brièvement exprimés  et plus  aisément retenus »6.Il est encore moins nécessaire que je m’excuse d’avoir succédé à M. Wills qui, en 1754, a fait paraître une traduction en vers non rimés7.

Ce monsieur, peintre de profession, avait pris pour devise :

Tractant Fabrilia Fabri

Les artisans traitent de ce qui a rapport à leur art .8

Cependant, tout habile qu’il ait pu être à manipuler les outils de son art, en toute impartialité, force est d’admettre que ceux du poète et du traducteur n’étaient pas à sa portée. En entreprenant la tâche tout à fait impossible qui consiste à rendre le sens d’un auteur en un même nombre de vers, il a donné une version du texte désormais totalement oubliée, si tant est que quiconque à part moi l’ait lue. Néanmoins je lui dois cette justice de reconnaître qu’il a compris le texte original, qu’il a décelé certaines erreurs dans la traduction de M. Dryden, erreurs qui avaient échappé à Mr Jervas ( assisté, à ce qu’on dit, par son ami M. Pope) dans l’édition révisée que M. Graham dédia au comte de Burlington9. J’ajouterai que j’ai parfois moi-même tiré profit de ses travaux. C’est aussi de son édition que je reprends la Vie de l’auteur, tirée de Félibien10 et d’autres biographes par le regretté Dr Birch, lequel, avec sa diligence coutumière, a réuni tout ce qu’ils ont dit à propos de Dufresnoy11.

 

 

  1. Mason traduit mot à mot une notice de Voltaire. Cf François-Marie Arouet, dit Voltaire, Le Siècle de Louis XIV, 1751, in Œuvres complètes, 20 vols., Firmin Didot, Paris, 1830, vol.19, p.103. []
  2. Mason commença sa traduction quand il était à Cambridge. Cf John W. Draper, William Mason : a Study in Eighteenth-Century Culture, New York, New York University Press, 1924, pp. 91-92. []
  3. Thomas  Gray (1716-1771),  érudit et poète, auteur du célèbre poème préromantique« Elegy Written in a Country Church-Yard ». L’amitié entre Mason et Gray débuta à l’université. Mason fit paraître en 1775 une édition des poèmes de Gray. []
  4. La traduction est celle de Roger de Piles in L’ Art de peinture de Charles-Alphonse Dufresnoy, traduit en français avec des remarques nécessaires et très amples, Nicolas Langlois, Paris, 1768, pp. 46-47. []
  5. Il s’agit de l’épître à Reynolds. []
  6. Mason fait ici référence à un bref passage de l’avertissement de l’Essay on Man : « … principles, maxims, or precepts so written, both strike the reader more strongly at first, and are more easily retained by him afterwards. »  Alexander Pope, An Essay on Man, 1733-1734, in The Poems of Alexander Pope, ed. John Butt, Methuen, Bungay (Suffolk), 1963, p.502. []
  7. Note de Mason : Je la nomme ainsi plutôt que vers blancs car elle est dénuée de toute harmonie du nombre. Le début, reproduit ici, le montre suffisamment : « La peinture est semblable à la poésie/ Et la poésie à la peinture ; rivalisant/ Chacune renvoie à sa sœur,/ Echangeant nom et emploi, / L’une poème muet, l’autre tableau parlant. » A partir de ce court exemple, le lecteur se fera une opinion de l’ensemble. []
  8. Wills affirme dans sa préface l’insuffisance de la seule compréhension de la langue : le traducteur, selon lui, doit être à la fois praticien de la peinture, théoricien de son art et amateur ayant fait le Grand Tour. []
  9. Il s’agit de Richard Graham , auteur de « A short account of the most eminent painters, both ancient and modern », qui figure en supplément de la traduction de Dryden en 1695, et de  Richard Boyle, 3ème comte de Burlington (1694-1753), collectionneur, architecte et mécène. []
  10. André Félibien (1619-1695), théoricien de l’art dont les Entretiens sur les vies et les ouvrages des plus excellents peintres anciens et modernes parut en 1666. []
  11. Thomas Birch (1705-1766), compilateur et biographe, co-éditeur du General Dictionary, Historical and Critical (1734-1741). []

WILLIAM KENRICK, “PRÉFACE À ELOISA” (1761)

Traduction et édition: Isabelle Bour, Université Sorbonne-Nouvelle

Accéder à la version originale du texte

Télécharger la préface en version bilingue (pdf)

William Kenrick (1729/30-1779) est très représentatif de ces auteurs désargentés qui, au XVIIIe siècle, s’essayaient à toutes sortes de genres littéraires pour gagner leur vie. Kenrick est l’auteur de satires versifiées, de pièces de théâtre (dont certaines connurent quelques succès), il fut rédacteur et rédacteur-en-chef de divers périodiques, donna des conférences publiques sur Shakespeare, rédigea un dictionnaire de la langue anglaise. Ses traductions sont probablement son legs le plus important.  Doté d’une énergie inépuisable, savant, il aimait trop la controverse et se querella avec nombre des personnes avec qui il collabora ; il s’en prit même à l’édition de Shakespeare du grand Samuel Johnson. Son arrogance, sa suffisance sont évidentes à la lecture de la préface à sa traduction de La Nouvelle Héloïse, préface qui révèle aussi qu’il réfléchissait à sa pratique de traducteur, lui qui maîtrisait très bien la langue française, entre autres pour avoir séjourné en France dans les années 1750.

Préface

Il n’est nullement mon intention de gonfler ce volume ou de différer le plaisir que le lecteur peut raisonnablement attendre de la lecture de l’œuvre : je dis raisonnablement, parce que l’auteur est un écrivain de grande réputation. Tout ce que j’ambitionne, c’est d’expliquer brièvement ma ligne de conduite dans l’exécution de ce qui fut une tâche ardue ; et de prévenir des accusations que l’on peut, bien entendu, attendre de certains lecteurs : je pense à ceux qui n’ont qu’une connaissance imparfaite du français ou qui se trouvent avoir des idées erronées sur la traduction en général.

            Si j’avais choisi de conserver le titre original, il eût été : Julia, or  the New Eloisa, sur la première page de titre ; et, sur la page de titre détaillée, Letters of two Lovers, inhabitants of a small village at the foot of the Alps, collected and published, &c. Quelles que soient les objections que je puissse avoir à ce titre, tout bien considéré, la principale raison pour laquelle je préfère le nom d’Eloisa à celui de Julia est que le public, de façon unanime, a semblé retenir ce dernier ; je me suis déterminé d’autant plus aisément que c’était là une question peu importante pour le lecteur.

            Dans l’original, le noble anglais qui joue un rôle considérable dans le roman a pour nom Lord Bomston, nom que, je suppose, M. Rousseau pensait être anglais ou, du moins, très proche d’un nom anglais. Il se peut que, pour des oreilles françaises, il sonne plutôt bien ; mais je crois que le lecteur anglais ne m’en voudra pas de l’avoir remplacé par Lord B—. Il est stupéfiant que les romanciers français ne connaissent pas plus nos patronymes courants et les titres de notre noblesse qu’ils ne connaissent nos mœurs. Il est rare qu’ils mentionnent notre pays ou tentent d’introduire un personnage anglais sans se rendre ridicules à nos yeux. Dans un roman fameux, l’un des personnages principaux se nomme le duc de Workinsheton ;[1] dans un autre roman, l’amant de l’héroïne, qui est toujours la même personne, est tantôt un duc, tantôt un comte et parfois un simple baronnet ; pour ces romanciers, Catombridge est une ville anglaise :[2] neanmoins, ils essaient d’en imposer à leurs lecteurs en prétendant que leurs romans sont des traductions de l’anglais.

            En ce qui concerne le chef-d’œuvre de M. Rousseau, on l’a reçu avec une avidité singulière en France, en Italie, en Allemagne, en Hollande, bref, partout sur le continent où l’on entend le français. En Angleterre, outre qu’on en importa d’emblée un grand nombre d’exemplaires, il a été déjà ré-imprimé à deux reprises ; mais, indépendamment du vif plaisir que l’original puisse apporter au monde, je découvris que l’opinion courante parmi mes compatriotes était qu’il s’agissait d’un de ces livres dont il est impossible de donner une traduction qui rende tant soit peu justice à l’auteur ; c’est cette opinion courante, je le reconnais, qui m’amena au premier chef à entreprendre ce travail.

            Il y a, dans la grande ville de Londres, un nombre considérable de travailleurs industrieux qui subviennent à leurs propres besoins ainsi que, peut-être, à ceux d’une famille nombreuse en écrivant pour les libraires qui les classent dans diverses catégories selon leurs aptitudes particulières ; la catégorie la plus modeste de toutes est celle des Traducteurs. On ne saurait supposer que les pauvres diables que l’on considère comme inaptes à des tâches plus nobles maîtrisent parfaitement leur propre langue ou une autre, quelle qu’elle soit : en outre, même s’ils étaient remarquablement qualifiés, il est de leur devoir d’abattre beaucoup de travail en très peu de temps ; car, quoi qu’il arrive, ils doivent donner du pain à leurs enfants : il est donc déraisonnable de s’attendre à ce qu’ils consacrent leurs précieux moments à méditer sur une phrase difficile pour que leur traduction soit plus élégante. Je crois que c’est là la raison véritable qui explique que nos traductions du français soient, de manière générale, si exécrables.

            Je dois reconnaître que les deux idiomes sont très différents et que, dans certains cas, il est impossible d’atteindre à la sublime délicatesse d’expression d’un auteur français  élégant ; mais, en retour, leur langue est souvent si vague et si diffuse que, si la traduction n’améliore pas l’original, la faute en incombe entièrement au traducteur : mais cela ne sera le cas que si, en nous mettant au travail, nous avons l’intention de traduire les idées plutôt que les mots de notre auteur.

            La plupart des traductions que j’ai lues sont comme une gaze légère jetée sur l’original : la langue française apparaît en transparence dans chaque paragraphe : cela tient entièrement à un manque de pain, un manque d’attention ou un manque de compétence chez le traducteur. M. Pope et un tout petit nombre d’autres personnes ont montré à la face du monde que non seulement une traduction peut exprimer de manière exacte les idées des plus sublimes écrivains mais qu’il est possible de les améliorer et de les orner de beautés spécifiques à la langue anglaise.

            Si, dans les pages qui suivent, le lecteur s’attend à trouver une traduction servile et littérale, il se fourvoie. Je n’ai jamais pu, et ne pourrai jamais, imiter les défauts de mon auteur, même s’il jouit d’une grande réputation, dans les cas où ces défauts sont, à l’évidence, l’effet d’un manque d’attention. M. Rousseau écrit avec beaucoup d’aisance et d’élégance mais, parfois, la pensée est peu convenable et l’expression peu exacte.

            Quant au mérite véritable de la mise en œuvre de cette conception dans ce qui suit, les suffrages universels qu’elle a recueillis sont une meilleure recommandation que tout ce que je pourrais dire en sa faveur.

 

[1] Workinscheton: Charlotte-Marie-Anne Charbonnier de La Guesnerie, Mémoires de miledi B… Par madame R… 4 vols. Amsterdam et Paris, 1760.

[2] Ceci, et ce qui précède, renvoie à un roman de Marie-Jeanne Riccoboni, Lettres de mistriss Fanni Butlerd à milord Charles Alfred de Caitombridge, comte de Plisinthe, duc de Raflingth, écrites en 1735 ; traduites de l’anglois en 1756, par Adélaïde de Varançai. Amsterdam, 1757.

 

EUSTACE BUDGELL, “PRÉFACE AUX CARACTÈRE DE THÉOPHRASTE” (1714)

Traduction:  Claire Boulard, Université Sorbonne-Nouvelle

Accéder à la version originale du texte

Télécharger la préface en version bilingue (pdf)

Quand en 1714, Eustace Budgell (1686-1737), écrivain whig et contributeur occasionnel au périodique The Spectator, publie sa traduction des Caractères de Théophraste, les Anglais étaient friands du genre du caractère. Budgell profite donc de ce regain d’intérêt pour le genre  pour publier une nouvelle traduction tirée cette fois directement des fragments grecs originaux sous le titre : The Moral Characters of Theophrastus, Translated from the Greek qu’il publie chez le célèbre éditeur Tonson à Londres. La préface de Budgell constitue une étape dans les théories de la traduction : elle fait de la traduction un instrument patriotique qui érige la politesse et la bienséance en principes de traduction britanniques, fondamentaux et modernes. La publicité faite par Addison dans The Lover et le succès de l’édition de Budgell montrent que les contemporains apprécient cette nouvelle conception de la traduction. Deux éditions paraissent en 1714, une troisième en 1718. En 1743 et 1751, deux nouvelles éditions sont proposées au public.

Préface

Deux traductions des Caractères de Théophraste ayant déjà été publiées, l’une en français et l’autre en anglais[1], le public s’attendra sans doute à ce que je dise quelques mots de cette nouvelle version, et ne sera peut être pas mécontent de lire quelques remarques sur l’ouvrage même.

Théophraste écrivit durant la cent-quinzième Olympiade, c’est-à-dire plus de trois cents ans avant la naissance de notre Sauveur. Il seront peu nombreux, je pense, à ne pas se réjouir de voir, décrits par une main si sûre, les caractères du genre humain vivant à cette période reculée ainsi que les mœurs du peuple d’Athènes, la république la plus renommée de Grèce. Le livre que j’ai traduit a toujours été considéré comme une des pièces les plus précieuses de l’Antiquité. Il a été traduit en français voici quelques années par le célèbre Monsieur Bruyère et a probablement fourni à cet excellent auteur son point de départ pour la rédaction de ses propres Caractères. Quant à notre traduction en anglais, je ne dirai rien de plus, sinon qu’elle fut entièrement élaborée à partir de la version française,[2] et comme cela se produit toujours dans le cas d’une traduction de traduction, elle est plate et insipide. On penserait que je suis trop sévère si je disais que Monsieur Bruyère craignait que Théophraste lui fît de l’ombre, pourtant je n’aurai aucun scrupule à affirmer que la méthode qu’il a utilisée pour le traduire a retiré bien des beautés à cet auteur.

La vie et l’âme même de ces caractères proviennent de ce qu’ils sont dépeints avec feu et avec une vivacité et un tour si particuliers qu’ils devraient, si possible, être conservés pour chaque phrase. Si le lecteur est distrait dans sa lecture d’un caractère, et si son attention est attirée par un détail qui lui est étranger, l’impression vive que ce caractère aurait dû produire est tout à fait gâchée, et il perd plus de la moitié de sa force. Théophraste, au temps où il écrivit, ne faisait référence qu’à ce qui était bien connu des personnes les plus humbles d’Athènes; mais la manière dont Monsieur Bruyère a procédé, en usant de trop nombreuses allusions aux coutumes grecques, oblige le lecteur moderne à consulter une ou deux notes, qui sont souvent plus longues que la phrase même dont il voudrait connaître le sens.[3]

Afin d’éviter cet écueil, j’ai pris une certaine liberté dans la présente traduction; et j’ai été bien plus soucieux de préserver l’esprit et l’humour de Théophraste que ses mots. J’ai scrupuleusement lu l’ensemble des Notes de Casaubon et de Duport, à qui je suis fort obligé pour le sens de plusieurs passages obscurs.[4] J’ai en général suivi son interprétation, qui était la plus humoristique, et je me suis parfois aventuré à adopter une interprétation différente des leurs. Si bien que le lecteur peut s’il le souhaite, considérer cette traduction de Théophraste comme un court commentaire tissé dans les lignes du texte. J’ai bel et bien donné un air grec à l’ensemble de l’œuvre ; mais comme il n’y a pas une seule phrase dont le lecteur de sens commun, sans être érudit, ne puisse aisément comprendre le sens, je n’ai ajouté aucune note.

Quiconque connaît la langue grecque trouvera que certains titres de ces caractères expriment de si nombreuses idées complexes qu’il était impossible de les traduire par un seul mot anglais. C’est la raison pour laquelle je me suis vu dans l’obligation de les expliquer de temps à autre.

Je ne dirai rien de plus de cette présente traduction, sinon que je fus en particulier forcé de m’éloigner de mon auteur dans le 19e chapitre, intitulé “D’un vilain homme”. La vérité est que l’original était si cru que la politesse actuelle n’aurait jamais pu l’endurer; et d’ailleurs la traduction française n’est pas plus raffinée. Je ne présenterai aucune excuse pour cela et espère que ce chapitre, pour autant que je l’ai adouci, passera sans dommage la censure de mes lecteurs policés.

Il est évident, à lire l’introduction de ces Caractères, que Théophraste avait le dessein de traiter de tous les vices et de toutes les vertus. Mais comme selon ses propres dires, il ne les commença qu’à l’âge de quatre-vingt-dix-neuf ans,[5] il est probable qu’il ne vécut pas assez longtemps pour terminer son travail. On y trouve seulement les titres de deux autres chapitres dans des manuscrits anciens.

Le lecteur verra dans chaque caractère les traits humoristiques les plus raffinés associés à une peinture fidèle de la nature. Et je crois que je peux avoir l’audace d’affirmer que, si certains de ces caractères était bien travaillés et portés sur la scène britannique, ils remporteraient assurément le succès. Il ne serait pas faux en effet d’appeler Théophraste le Père de la Comédie ; Ménandre le poète comique était son disciple et, selon Pamphile, était redevable d’une grande part de son humour à la conversation et aux écrits de son maître.[6]

Le même auteur assure que Théophraste lui-même adorait les comédies et l’on peut observer que parmi les écrits perdus de notre auteur se trouvaient deux traités, l’un sur la comédie, et l’autre sur la nature du ridicule.

Chacun sait que Térence se forma grâce à Ménandre et qu’il connaissait les écrits de ce philosophe. Les Caractères de Gnathon et Thrason en particulier, que l’on considère comme les deux plus amusants chez Térence, sont d’excellentes copies du flatteur et du vantard couard de Théophraste.[7]

Le projet de Théophraste requiert une extrême précision et seul un si grand génie pouvait réussir, puisque, comme l’observe Monsieur Bruyère, il n’a fait usage pour tous ses caractères que d’une seule figure, la description ou l’énumération.

Certains caractères paraissent à première vue se ressembler; mais après observation, on verra que Théophraste ne révèle jamais aussi finement sa connaissance de la nature humaine que dans les différentes circonstances qui composent ces caractères divers. On en trouve des exemples dans les trois sortes d’avarice, les deux importuns, etc. La subtilité de son discernement dans ce dernier exemple est telle que l’on ne peut trop déplorer la perte de cette œuvre que j’ai trouvé mentionnée dans le catalogue de ses écrits que donne Diogène Laërce, sous le titre de mercredi, septembre 6, 2017ςετώυ διαφeατ) De la différence des Vertus.[8]

Je ne peux conclure cette préface sans observer que le savant Casaubon et Monsieur Needham de Cambridge (qui a récemment publié une brillante édition de Théophraste) estiment tous deux que plusieurs de ces caractères ont été fondus et mélangés, que certains sont imparfaits et que nous avons perdu les titres d’autres. Ils en veulent pour preuve le fait qu’ils trouvent fréquemment sous un titre plusieurs traits dont ils ne peuvent concevoir qu’ils s’y rapportent tous. Avec humilité, je ne peux m’empêcher d’être d’un sentiment différent ; et je pense que l’on peut expliquer facilement cette apparente difficulté. Théophraste était le Spectateur de son époque. Il dressait des portraits d’hommes particuliers; et, tandis qu’il décrivait par exemple un avare, ayant sous les yeux quelque exemple remarquable de ce vice, il y jetait un ou deux traits qui, sans être des exemples propres d’avarice, contribuaient à parachever le portrait de cet homme. Chez Théophraste, on peut comparer un caractère à un miroir placé pour refléter un objet précis, mais qui ne peut représenter cet objet dans toute sa lumière sans nous donner un aperçu du paysage à l’entour.

 

 

[1] Budgell fait ici allusion à la traduction par Jean de La Bruyère des Caractères de Théophraste qu’il publie avec ses propres caractères. La première édition des Caractères reçut le privilège royal en 1687 et parut en1688. Ce fut un succès immédiat. Huit éditions parurent entre1688 et 1694. Elle fut traduite en anglais sous le titre, The Characters or the Manners of the Age, made English by several hands and the Characters of Theophrastus Translated from the Greek and a prefatory discourse to them by Monsieur de la Bruyère in 1698. (1713, 6th ed).

[2] Le titre de cette édition de la version anglaise prête à confusion, car il laisse entendre que cette traduction est élaborée à partir du texte grec et non à partir de la traduction française de La Bruyère.

[3] En effet, la traduction de La Bruyère incluait de nombreuses mais courtes notes expliquant les mœurs des Grecs. Ces notes apparaissent dans la traduction anglaise de l’édition de la Bruyère

[4] Isaac Casaubon (1559-1614) fut l’auteur d’une édition de référence qui fit autorité jusque dans les années 1950. Casaubon avait traduit en latin vingt-deux caractères de Théophraste en 1592, auxquels il ajouta dans son édition de 1599 cinq nouveaux caractères. Son édition contient deux cent soixante-dix pages de commentaires sur le texte. James Duport (1606-1679), Professeur de Grec à Cambridge devenu ensuite Maître à Magdalen College, Cambridge, avait donné des conférences sur les quinze premiers caractères de Théophraste. Ses manuscrits furent rassemblés et publiés en 1712 dans Theophrastou Charackteres Ethikoi. Theophrasti Characteres ethici. Graece & Latine Cum notis ac emenddationibus Isaaci Casauboni & aliorum, (1712), 618 pp.) par Peter Needham, autre spécialiste des humanités classiques à l’Université de Cambridge.

[5] Voir la courte préface de Théophraste lui-même à ses Caractères.

[6] Budgell s’inspire ici du chapitre que Diogène Laërce consacre à Théophraste dans Vie, doctrines et sentences des philosophes illustres (ed. Robert Genail, Garnier Flammarion, 1965, vol. 1, livre 5, 242). Diogène rapporte que, selon le livre 13 des Commentaires de Pamphile, Théophraste adorait la comédie. Cet ouvrage fut traduit en anglais en 1688 sous le titre The Lives, Opinions, and Remarkable Sayings of the Most Ancient Philosophers made English by several Hands que Budgell a pu consulter, puisquil fut réédité en 1698.

[7] Budgell compare les caractères n° 2 et 21 avec les personnages de la pièce de Térence L’Eunuque. Depuis 1694, les traductions anglaises (Terence’s Comedies made English, London, 4th ed., 1713)) de l’historien Laurence Echard avaient rendu les comédies de Térence accessibles au grand public.

[8] Diogène Laërce, Vie, doctrines et sentences des philosophes illustres, 246.