DANTE GABRIEL ROSSETTI, “PRÉFACE AUX PREMIERS POÈTES ITALIENS” (1861)

Traduction:  Sarah Montin, Université Sorbonne-Nouvelle

Accéder à la version originale du texte

Télécharger la version bilingue du texte (pdf)

 

                 Fils d’un père italien, spécialiste de la Divine Comédie et professeur à King’s College et d’une mère aux origines toscanes, Dante Gabriel Rossetti (1828-1882) fut élevé dans le culte de Dante dont l’influence décisive se ressent très tôt dans sa poésie et sa peinture. Commencé en 1845, son travail sur les premiers poètes italiens mené en parallèle de sa traduction de la Vita Nuova, représentera l’œuvre de sa vie. Publiés ensemble pour la première fois en 1861 dans The Early Italian Poets […] together with Dante’s Vita Nuova (révisé en 1874 pour Dante and His Circle), l’ouvrage est bien reçu par la critique. Réunissant pour la première fois les poètes du dolce stil nuovo autour de la figure canonique de Dante, son anthologie contribuera à faire connaître les premiers poètes italiens en Angleterre, découverte qui marquera durablement l’esthétique victorienne et, plus tard, celle des poètes modernistes réunis autour d’Ezra Pound et T.S. Eliot. Privilégiant la fidélité au-dessus de la littéralité, ses traductions sont marquées par le soin particulier attaché à rendre l’expression première du poème, jusque dans le choix de la métrique. Cherchant des équivalences pour le texte italien, D.G. Rossetti reproduit ainsi le caractère syllabique de l’italien en anglais, proposant des traductions qui peuvent être lues, de fait, comme des poèmes à part entière.

 

LES PREMIERS POÈTES ITALIENS, DE CIULLO D’ALCAMO À DANTE ALIGHIERI (1100-1200-1300), DANS LEUR MÈTRE D’ORIGINE, AVEC LA VIE NOUVELLE DE DANTE. 

              Nul besoin de m’étendre ici sur les caractéristiques de la première poésie italienne, ce large choix de traductions suffit à en donner un panorama complet. Les versions proposées ici ne rendront peut-être pas honneur aux véritables splendeurs de cette poésie mais toutes leurs imperfections ne peuvent néanmoins être imputées au seul traducteur. Parmi celles-ci, on peut évoquer la portée limitée de leur sujet et leur obscurité persistante, ainsi que la monotonie des rimes ou des fréquentes substitutions d’assonances. Mais, comme pour compenser tout ce qui relève chez eux de l’incomplétude ou du manque d’expérience, ces poèmes possèdent, à leur manière, une forme de beauté aujourd’hui révolue. Ils offrent, par ailleurs, un trésor de grâce et de variété dans le choix du mètre. Si je n’avais été entièrement convaincu, de leur valeur poétique d’abord, puis, s’agissant de certains textes (classés, pour la plupart, dans la seconde partie), de leur intérêt biographique, rien ne m’aurait incité à me donner autant de peine et à consacrer autant de temps à finir cette anthologie.

On a beaucoup déprécié, et souvent à juste titre, la traduction métrique. Mais je pense que l’on admettra que l’emploi de cet art secondaire n’est pas sans fondement dans le cas de poèmes qui nous parviennent sous la forme de ces premiers textes italiens. Luttant, dès l’origine, contre un dialecte corrompu et un style imparfait, ayant à peine survécu à des siècles de négligence, ils ont échappés de peu au coup de grâce que représentèrent les transcriptions maladroites et les gloses pédantes. À ce stade, on n’oserait en dire davantage à leur propos, dans quelque langue que ce soit. La traduction qui, par nécessité, règle de nombreux conflits sans discussion, demeure peut-être en cela la plus directe des formes de commentaires.

La hantise de la traduction rimée c’est de rendre un bon poème mauvais. Il existe, en effet, une seule raison valable de rendre la poésie dans une autre langue : c’est, autant que faire se peut, d’offrir à une autre nation un objet de beauté supplémentaire. La poésie n’étant pas une science exacte, la traduction littérale est tout à fait secondaire par rapport à cet objectif principal. Je dis « littérale » et non « fidèle » car cela n’est en rien la même chose. Quand la littéralité peut être combinée avec ce qui constitue, de fait, la première condition de réussite, le traducteur doit se saisir de cette chance et s’efforcer de les réunir ; inversement, quand cet objectif ne peut être atteint que par la paraphrase, c’est cette voie qu’il doit emprunter.

Les quelques qualités que l’on voudra bien trouver à ces traductions proviennent des efforts du traducteur en ce sens et, dans une certaine mesure, de la nouveauté de leur arrangement. C’est en effet la première fois que l’on assemble ces poètes avec une telle rigueur et qu’on les assorti d’un en-tête descriptif, souvent indispensable pour une poésie ancienne et, de surcroît, « de circonstance ». Que ces traductions contiennent de nombreuses maladresses ou que leurs qualités soit en réalité leur défaut majeur, ou qu’elles n’aient en réalité aucune qualité mais seulement des défauts, est une découverte si assurée et si nécessaire (ou peut-être ici et là, en tout cas) que je puis, en toute confiance, la laisser à d’autres. L’anthologie offre un éventail de choix plus large que ne le souhaiteraient certains lecteurs et inclus, ici et là (quoique, je pense, assez rarement), des choses qui n’emporteront pas l’adhésion générale et dont la présence, si nécessaire qu’elle soit à la visée littéraire de mon travail, ne s’accorde pas, je le sais, aux principes de fabrication de jolis livres. Seulement, j’ai souhaité offrir un panorama complet et honnête de la première poésie italienne et non faire la part belle à certains poètes à l’exclusion d’autres qui ont tout autant leur place dans le canon.

Au sujet des difficultés que j’ai pu rencontrer – à l’origine de certaines imperfections pour lesquelles je n’ai pas d’autre excuse –  il ne serait pas dans l’intérêt du lecteur d’en savoir davantage ; néanmoins que l’on me pardonne de faire référence brièvement à celles-là qui relèvent des exigences de la traduction. La tâche du traducteur (ceci dit en toute humilité) est un exercice d’abnégation. S’il était son propre maître, il se servirait souvent des tournures singulièrement gracieuses de sa langue ou de son époque, et si ce n’était pour la structure choisie par l’auteur, il emploierait telle cadence et, inversement, telle structure en lieu de cadence. Souvent le beau tour d’une strophe doit être affaibli au profit d’une rime qui fait le compte, et souvent le traducteur voit le poète se repaître d’une abondance de mots là où ils lui font cruellement défaut. Parfois, il voudrait délaisser le sujet en  faveur de la musique, ou la musique en faveur du sujet : mais non, il doit, envers chacun, être équitable. Il lui arrive aussi d’être irrité par un défaut de l’œuvre au point de vouloir le corriger, faisant ainsi pour le poète ce que son époque n’a su faire, mais non, là n’est pas son office.

Son chemin est comme celui d’Aladin parcourant la caverne enchantée : dans sa quête de la lampe, nombreux sont les fruits précieux et les fleurs qu’il doit passer sans s’y arrêter, heureux si, quand enfin parvenu à la lumière, il ne s’avère pas qu’on a échangé sa veille lampe contre une autre –  scintillante, certes, mais sans ses vertus et dépourvue de son serviable génie. En rendant ce travail (qui, pour humble qu’il soit, est la seule contribution que je pense faire à la connaissance de l’Italie médiévale en Angleterre), je me sens, pour ainsi dire, coupé de ma jeunesse. Mes premiers souvenirs sont liés aux études passionnées de mon père qui, selon lui, ont tant contribué à la recherche sur les écrits de Dante. Ainsi tout, lorsque que j’étais jeune, semblait participer de l’influence du grand Florentin jusqu’au jour où, à force d’en être imprégné et ayant pris de l’âge, j’entrai moi-même dans son cercle. J’espère ainsi que le lecteur pourra, en toute connaissance de cause, avoir davantage confiance en une œuvre entreprise sans négligence, bien que réalisée à mes heures perdues, dans l’ombre d’autres activités qui m’occupaient de plus près. On devrait peut-être lui dire que ce travail a occupé mon temps libre pendant plusieurs années, ce qui m’a donné, souvent, à de longs intervalles de temps, de nombreuses opportunités de reconsidérer et de réviser le texte. Ainsi, le lecteur n’a pas de méfiance à avoir, du moins en ce qui concerne le soin avec lequel ce travail a été mené. Néanmoins je sais qu’il n’y a pas ici matière à faire des vagues en relançant sur les hautes mers écumées par de nouvelles flottes, des navires depuis longtemps dépassés et aux pavillons aujourd’hui inconnus. Le sentiment de doute indissociable d’une telle tentative a été admirablement bien exprimé par un grand poète vivant, dans des vers qui, quoique se rapportant à son œuvre propre, s’appliquent parfaitement à mon plus humble cas :

Et pourtant, pourquoi ne pas approcher cette noble sphère

Qui n’a aujourd’hui qu’un seul nom – détacher

Ce courant, doux et argenté,

De son féroce ami, dans la masse majestueuse,

Levée comme la mer et son feu mêlé de verre

Dans la vision transcendante de Jean – Relancer

Cet éclat? Dante, qui se promenait sur la rive

Où l’Enfer avide vomit les ténèbres immondes,

A l’abri de l’écume de souffre qui vrombit –

Où les eaux endeuillées s’inclinent, noires,

Dans des ténèbres que l’espoir apaise –

Qui cueille des amarantes mûries sous l’œil de Dieu

Dans les crépuscules gracieux où reposent ses élus –

Je le ferai ! Si jamais je faiblis maintenant !….

 (Sordello, par Robert Browning)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.