SIR JOHN HARINGTON, “PRÉFACE DE L’ORLANDO FURIOSO” (1591)

Traduction et édition: Chantal Schütz

Accéder à la version originale du texte

Télécharger la préface en version bilingue (pdf)

[Troisième partie de l’apologie]

Reste donc la troisième partie, dans laquelle j’ai promis de parler quelque peu pour moi-même, et bien que cette partie ait grand besoin d’une Apologie à la fois importante et substantielle, je la passerai en revue à la fois rapidement et légèrement, car enfin la nature de la chose elle-même est telle que plus on en dit, moins on semble en parler, et les gens sont plus souvent prêts à louer chez un autre ce que lui-même déprécie que ce qu’il semble soutenir. Certes, si je confessais, ou plutôt si je professais que mes vers sont dénués d’artifice, mon style grossier, mes phrases barbares, mon mètre déplaisant, il en est beaucoup plus qui les croiraient tels que de gens qui s’imagineraient que c’était là vraiment mon avis, car cet éloge de soi ou de soi-même est une chose si commune que plus vous protesterez que vous en êtes en est éloigné, plus on vous accusera de vous y adonner. C’est pourquoi je prends sur moi de dire qu’en admettant qu’il comporte maintes de ces susdites imperfections, et maintes autres que je n’ai pas nommées, si l’on considère ce qui s’écrit de nos jours, ce texte puisse paraître acceptable auprès des autres. Et de même que j’ai entendu un de mes amis, un fort bon juge de la beauté féminine, dire d’une dame qu’il entendait louer, qu’elle avait le front bas, un grand nez, la bouche large, le visage allongé, et pourtant, qu’avec tous ces traits mis ensemble, elle lui semblait être une femme fort aimable, de même j’espère, et j’ai déjà trouvé auprès de mes amis bien disposés, que quelles que soient les imperfections qu’ils ont trouvé dans cette traduction, s’ils considèrent le tout, ils la trouvent acceptable, ou tout du moins, ils la lisent, ce qui montrent bien qu’ils l’apprécient.

Un jour qu’on avait apporté à Sir Thomas More, dont la sagesse et l’érudition étaient grandes, mais qui était quelque peu enclin, comme le sont souvent les esprits fins, à la moquerie, un livre au contenu plutôt superficiel et qu’on le pressait sans relâche de donner son opinion, il conseilla à l’auteur de le mettre en vers. Le naïf s’exécuta du mieux qu’il le put, puis après plus d’un an de travail, l’apporta à Sir Thomas, qui, le parcourant rapidement en fit l’éloge suivant : que désormais on y trouvait au moins des rimes, alors qu’auparavant il n’avait ni rime ni raison. Si quelqu’un avait l’intention de me traiter de même, je pense l’avoir prévenu, car je suis sûr qu’il trouvera des rimes dans mon livre, et s’il n’est pas dépourvu de raison, il en trouvera également. Pour ce qui est du contenu, je ne peux revendiquer aucune louange, n’ayant fait que l’emprunter, et pour ce qui est des vers, je n’en revendique aucune, s’agissant d’un talent à la portée de tout individu qui n’aurait pas fait à l’université plus qu’une halte pour y restaurer son cheval.

Il est possible que, si j’avais consacré le temps que j’ai employé à cette activité à une œuvre de ma propre invention, j’eusse pu en tirer un bel et bon volume, et j’aurais fait ce que nombre de gens n’hésitent guère à faire, à savoir profiter de plumes volées pour voler très haut. Mais je préfère que l’on voie et que l’on sache que j’ai tout emprunté plutôt que d’en dérober un peu, et j’aimerais mieux qu’on me désigne comme un traducteur des moins médiocres que comme le plus besogneux des faiseurs. Et ce d’autant plus que le Comte de Surrey et Sir Thomas Wyatt, dont on dit encore qu’ils sont les premiers à avoir raffiné la langue anglaise, étaient tous deux traducteurs de l’italien. Mais pour ceux qui considèrent que traduire est une activité méprisable et frivole, je me contenterai de leur dire ce que dit M. Bartholomew Clerke, un homme des plus érudits et un fort remarquable traducteur, en forme de défi dans sa préface (si je me souviens bien) au Courtisan, ouvrage qu’il a traduit de l’italien en latin[1].   Vous (dit-il) qui pensez que traduire est un jeu d’enfants, posez donc mon livre et prenez mon auteur en main, et tâchez d’en comparer une page ou l’autre avec les miennes. Si j’en disais autant, il en est peut-être plus d’un qui se hâterait de me dénigrer ; mais lui peut sans doute l’affirmer hardiment, car je pense que personne n’aurait pu améliorer sa traduction. Mais comme dit le proverbe anglais, plus d’un parle de Robin des Bois sans jamais avoir bandé son arc[2], et certains rectifient Magnificat alors qu’ils ne comprennent pas quid significat. Pour ma part, je remercierai ceux qui corrigeront mes erreurs quelles qu’elles soient, et je ne me fais pas une si haute idée de ce que j’ai accompli que je ne pense qu’il y ait bien des choses à y améliorer. Et ayant demandé sans détours à quelques uns de mes amis les plus droits de me dire franchement ce qu’ils en avaient entendu dire (en effet j’avais consenti à faire circuler quelques uns des exemplaires imprimés parmi mes amis, et d’autres encore avaient sans doute circulé contre mon gré), on me rapporta que les fautes suivantes y avaient été trouvées.

[Les quatre défauts imputés à ce travail]

Il déplut à certaines personnes sérieuses que j’aie consacré tant de temps précieux à cet objet selon eux si frivole qu’est un poème. D’autres, plus pointilleux, me reprochèrent le trop grand nombre de rimes doubles[3] ou trisyllabiques. D’autres (non sans justification) critiquèrent l’extravagance de mes notes dont ils disent que je me suis efforcé d’y mentionner mes amis et ma famille qui auraient très bien pu en être omis. Il est encore un dernier défaut que je dirai moi-même, alors que nombre de gens ne l’auraient pas remarqué. C’est que j’ai abrégé certains de ses chants, en omettant de nombreuses strophes, et que j’ai parfois ramassé le contenu de deux ou trois strophes en une seule.

[Réponse au premier reproche]

Pour ces reproches, je vous prierai, aimables et nobles lecteurs, d’entendre patiemment ma défense, puis je conclurai. Pour le premier reproche, soit il est déjà excusé, soit il ne le sera jamais, car j’ai déjà assez prouvé, je pense, à la fois que l’art est légitime et l’œuvre digne de louange. Cependant je vais vous conter une aventure qui m’est arrivée. Alors que j’étais bien avancé dans ma traduction, environ au septième chant, j’en étais venu au point, à la quatrième strophe, où Melissa, se faisant passer pour le tuteur de Rogero, vient réprimander ce dernier :

Est-ce pour en arriver là que dans ta jeunesse
Je t’ai nourri de moëlle? etc. Et encore :
Est-ce là le chemin ou la voie, selon toi,
Que d’autres hommes de valeur ont suivi,
Pour devenir Scipion ou César? etc.

J’en vins immédiatement à penser que mon propre tuteur, homme grave et érudit qui menait une vie très austère, aurait pu me dire de la même manière :  « est-ce pour en arriver là que je t’ai lu Aristote et Platon, et que je t’ai si minutieusement enseigné le grec et le latin ? Pour que tu deviennes un traducteur de bagatelles italiennes ? » Mais tandis que ces pensées me venaient à l’esprit, j’étais bien conscient que ce n’était pas une bagatelle qui avait pu me mettre en tête des considérations si honnêtes et sérieuses.

[Second reproche. ]

Pour ce qui est de ceux qui réprouvent les rimes polysyllabiques, je trouve qu’ils sont comme ceux qui condamnent les gens qui sucrent le vin, les réprimandent fort et disent qu’ils gâtent tout, mais finissent pourtant par leur donner leur bénédiction[4]. En effet, si j’avais adopté leur régime, j’aurais pu m’épargner une partie de ma dépense, ou du moins de mes peines. Car lorsqu’un vers se terminait par le mot civilitie, j’aurais eu plus de facilité à suivre la règle ancienne et à le faire rimer avec see, ou flee, ou decree[5], en laissant l’accent sur la dernière syllabe, au lieu de partir à la chasse aux mots de trois syllabes pour le faire rimer avec facillitie, gentillitie, tranquillitie, hostillitie, scurrillitie, debillitie, agillitie, fragillitie, nobillitie, mobillitie – et pourtant ce n’est qu’à l’oreille des pédants que ces sons peuvent paraître rudes et puants[6]. Quant aux rimes doubles, elles sont si bien vues dans d’autres langues que les français les nomment rimes féminines, étant les plus douces, et c’est leur rime monosyllabique qui est masculine[7]. Mais pour répondre en un mot et leur clouer le bec définitivement sur ce point, signalons que Sir Philip Sidney ne se contente pas de s’en servir, mais les affectionne : signifie, dignifie: shamed is, named is, blamed is: hide away, bide away. Et pourtant si le nombre de feuilles que j’ai maculées à cet égard me donnent une certaine autorité sur ce sujet, je dirais que si on y intercalait parfois une rime suffisante[8], ces vers auraient plus de grâce. Car de même que les hommes sèment avec la main et non avec le sac entier, de même je trouve préférable de nourrir l’oreille sans la saturer de ces rimes caduques tendres et savoureuses.

[Troisième reproche. ]

Pour ce qui est du troisième reproche, à propos des notes, certes elles représentent une œuvre de surérogation[9], si je puis dire, et je souhaiterais parfois qu’elles aient été omises, et ce d’autant plus si mon travail me vaut d’être considéré comme un idiot ou un excentrique. Il est vrai que j’ai ajouté des notes à la fin de chaque chant, comme si je l’avais lu ensemble avec quelques uns de mes amis (et de fait c’est ce qui est arrivé à de nombreuses reprises) puis que nous ayions débattu de ce qui était le plus digne de considération dans ce chant, et j’en ai souvent pris note sur le champ. Et si je mentionne ici ou là un de mes amis ou des membres de ma famille, je l’ai fait plutôt parce que Plutarque, parlant d’Homère, déplore en partie et lui reproche en partie que, malgré tout ce qu’il a écrit, aucune de ses œuvres ne fasse mention ni ne donne le moindre indice concernant ses origines, sa famille, la ville dont il venait, ni même en dehors de sa langue, son pays. Pardonnez-moi donc si, dans une œuvre qui durera peut-être plus longtemps que des objets meilleurs, et puisque je n’ai pas honte de ma famille, je les nomme ici et là sans offenser qui que ce soit, même si je n’avais pas l’intention d’informer tous ceux qui ne font pas partie de mon entourage de ces raisons jusqu’à ce qu’on m’ait informé qu’une personne de valeur m’avait reproché une certaine vanité : voici donc ce que j’ai à dire sur ce point.

[Quatrième reproche. ]

Pour les choses que j’ai cru bon d’omettre ou d’abréger, il s’agit de questions sans pertinence pour nous ou d’ennuyeuses flatteries envers des personnes dont nous n’avons jamais entendu parler, et si j’ai eu tort de le faire, j’implore votre pardon. Mais si quelque lecteur qui a étudié l’italien voulait les comparer pour s’en faire sa propre opinion, il lui suffira d’examiner les six premiers chants, à l’exception d’une petite partie du troisième. Pourtant je n’aimerais pas que quiconque m’en veuille de n’avoir pas respecté ses tournures si textuellement comme interprète, ni suivi le propos si attentivement, comme s’il s’était agi d’une œuvre historique, où la variation eût été un aussi grand péché qu’il aurait été naïf ici de traduire mot à mot. Mais pour conclure je voudrais prier tous ceux qui se sont donné la peine de lire ma triple apologie d’accueillir mes travaux et d’excuser mes erreurs du moins au nom de la jeunesse (qui a généralement besoin d’excuses), et en présumant que ce pardon me sera accordé, nous pourrons nous séparer bons amis.

[La vie de l’Arioste]

Mais je me permets de vous supplier, lorsque vous lirez le livre ci-après, de ne pas me faire l’injure qu’un potier fit à l’Arioste.

[1] Bartholomew Clerke (1537?-1590), juriste, politicien et diplomate anglais. Sa traduction en latin à partir de l’italien de Il Cortegiano de Baldassare Castiglione (STC 4782) parut en 1571/2 sous le titre Balthasaris Castilionis Comitis De Curiali siue Aulico, prefaced with commendatory Latin epistles by Earl of Oxford, Thomas Sackville, Lord Buckhurst, and John Caius. La seconde édition date de 1577. Voir J.W. Binns, Intellectual Culture in Elizabethan and Jacobean England: The Latin Writings of the Age, pp. 258 ff. ; http://en.wikisource.org/wiki/Clerke,_Bartholomew_(DNB00); http://comp.uark.edu/~mreynold/rhetfram.htm.

[2] Il s’agit d’un proverbe très fréquemment cité dont le sens est : nombreux sont ceux qui se vantent de connaître quelque chose sans jamais y avoir eu affaire.

[3] La rime englobant deux syllabes est dite léonine ou double .

[4] Le sens n’est pas clair. J’interprète en interpolant une ponctuation : but yet end with : « God’s blessing on their hearts » – l’idée est qu’ils blâment ceux qui sucrent le vin, mais trouvent la boisson agréable néanmoins.

[5] Il s’agirait alors de rimes pauvres, où le seul phonème rimant est la voyelle tonique finale.

[6] L’expression n’est pas claire. La citation est donnée par OED en illustration du sens de taste : « To perceive or recognize as by the sense of taste ». Doit-on y reconnaître une référence à la parabole des vierges folles ?  Ou bien par opposition avec le miel que sont les rimes riches pour les oreilles plus raffinées, l’huile étant odorante mais pas nutritive ? L’huile de lampe étant synonyme d’étude, il s’agit peut-être d’une pique envers des érudits trop tatillons. On pourrait développer  en « ont sans doute le discernement aiguisé par les longues soirées d’étude aux chandelles ». Je me sers d’un vers de Molière pour rendre l’image : « Ah ! sollicitude à mon oreille est rude ; Il pue étrangement son ancienneté » (Précieuses ridicules)

[7] En fait la distinction entre rime masculine et féminine en prosodie française n’est pas liée au nombre de phonèmes inclus dans la rime. La richesse ou qualité d’une rime est déterminée par le nombre de phonèmes répétés dans le même ordre en partant de la fin du vers (e caduc final exclu). Les rimes masculines sont celles qui ne comportent pas de “e” final (ou -es, -ent) et les rimes féminines celles qui comportent ce -e final, qui ne compte pas dans les syllabes.

[8] Une rime est dite pauvre lorsque le seul phonème rimant est la voyelle tonique finale, suffisante lorsque deux phonèmes seulement sont répétés (dont la dernière voyelle tonique).

[9] c’est-à-dire bien au-delà des exigences du devoir.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.