WILLIAM KENRICK, “PRÉFACE À ELOISA” (1761)

Traduction et édition: Isabelle Bour, Université Sorbonne-Nouvelle

Accéder à la version originale du texte

Télécharger la préface en version bilingue (pdf)

William Kenrick (1729/30-1779) est très représentatif de ces auteurs désargentés qui, au XVIIIe siècle, s’essayaient à toutes sortes de genres littéraires pour gagner leur vie. Kenrick est l’auteur de satires versifiées, de pièces de théâtre (dont certaines connurent quelques succès), il fut rédacteur et rédacteur-en-chef de divers périodiques, donna des conférences publiques sur Shakespeare, rédigea un dictionnaire de la langue anglaise. Ses traductions sont probablement son legs le plus important.  Doté d’une énergie inépuisable, savant, il aimait trop la controverse et se querella avec nombre des personnes avec qui il collabora ; il s’en prit même à l’édition de Shakespeare du grand Samuel Johnson. Son arrogance, sa suffisance sont évidentes à la lecture de la préface à sa traduction de La Nouvelle Héloïse, préface qui révèle aussi qu’il réfléchissait à sa pratique de traducteur, lui qui maîtrisait très bien la langue française, entre autres pour avoir séjourné en France dans les années 1750.

Préface

Il n’est nullement mon intention de gonfler ce volume ou de différer le plaisir que le lecteur peut raisonnablement attendre de la lecture de l’œuvre : je dis raisonnablement, parce que l’auteur est un écrivain de grande réputation. Tout ce que j’ambitionne, c’est d’expliquer brièvement ma ligne de conduite dans l’exécution de ce qui fut une tâche ardue ; et de prévenir des accusations que l’on peut, bien entendu, attendre de certains lecteurs : je pense à ceux qui n’ont qu’une connaissance imparfaite du français ou qui se trouvent avoir des idées erronées sur la traduction en général.

            Si j’avais choisi de conserver le titre original, il eût été : Julia, or  the New Eloisa, sur la première page de titre ; et, sur la page de titre détaillée, Letters of two Lovers, inhabitants of a small village at the foot of the Alps, collected and published, &c. Quelles que soient les objections que je puissse avoir à ce titre, tout bien considéré, la principale raison pour laquelle je préfère le nom d’Eloisa à celui de Julia est que le public, de façon unanime, a semblé retenir ce dernier ; je me suis déterminé d’autant plus aisément que c’était là une question peu importante pour le lecteur.

            Dans l’original, le noble anglais qui joue un rôle considérable dans le roman a pour nom Lord Bomston, nom que, je suppose, M. Rousseau pensait être anglais ou, du moins, très proche d’un nom anglais. Il se peut que, pour des oreilles françaises, il sonne plutôt bien ; mais je crois que le lecteur anglais ne m’en voudra pas de l’avoir remplacé par Lord B—. Il est stupéfiant que les romanciers français ne connaissent pas plus nos patronymes courants et les titres de notre noblesse qu’ils ne connaissent nos mœurs. Il est rare qu’ils mentionnent notre pays ou tentent d’introduire un personnage anglais sans se rendre ridicules à nos yeux. Dans un roman fameux, l’un des personnages principaux se nomme le duc de Workinsheton ;[1] dans un autre roman, l’amant de l’héroïne, qui est toujours la même personne, est tantôt un duc, tantôt un comte et parfois un simple baronnet ; pour ces romanciers, Catombridge est une ville anglaise :[2] neanmoins, ils essaient d’en imposer à leurs lecteurs en prétendant que leurs romans sont des traductions de l’anglais.

            En ce qui concerne le chef-d’œuvre de M. Rousseau, on l’a reçu avec une avidité singulière en France, en Italie, en Allemagne, en Hollande, bref, partout sur le continent où l’on entend le français. En Angleterre, outre qu’on en importa d’emblée un grand nombre d’exemplaires, il a été déjà ré-imprimé à deux reprises ; mais, indépendamment du vif plaisir que l’original puisse apporter au monde, je découvris que l’opinion courante parmi mes compatriotes était qu’il s’agissait d’un de ces livres dont il est impossible de donner une traduction qui rende tant soit peu justice à l’auteur ; c’est cette opinion courante, je le reconnais, qui m’amena au premier chef à entreprendre ce travail.

            Il y a, dans la grande ville de Londres, un nombre considérable de travailleurs industrieux qui subviennent à leurs propres besoins ainsi que, peut-être, à ceux d’une famille nombreuse en écrivant pour les libraires qui les classent dans diverses catégories selon leurs aptitudes particulières ; la catégorie la plus modeste de toutes est celle des Traducteurs. On ne saurait supposer que les pauvres diables que l’on considère comme inaptes à des tâches plus nobles maîtrisent parfaitement leur propre langue ou une autre, quelle qu’elle soit : en outre, même s’ils étaient remarquablement qualifiés, il est de leur devoir d’abattre beaucoup de travail en très peu de temps ; car, quoi qu’il arrive, ils doivent donner du pain à leurs enfants : il est donc déraisonnable de s’attendre à ce qu’ils consacrent leurs précieux moments à méditer sur une phrase difficile pour que leur traduction soit plus élégante. Je crois que c’est là la raison véritable qui explique que nos traductions du français soient, de manière générale, si exécrables.

            Je dois reconnaître que les deux idiomes sont très différents et que, dans certains cas, il est impossible d’atteindre à la sublime délicatesse d’expression d’un auteur français  élégant ; mais, en retour, leur langue est souvent si vague et si diffuse que, si la traduction n’améliore pas l’original, la faute en incombe entièrement au traducteur : mais cela ne sera le cas que si, en nous mettant au travail, nous avons l’intention de traduire les idées plutôt que les mots de notre auteur.

            La plupart des traductions que j’ai lues sont comme une gaze légère jetée sur l’original : la langue française apparaît en transparence dans chaque paragraphe : cela tient entièrement à un manque de pain, un manque d’attention ou un manque de compétence chez le traducteur. M. Pope et un tout petit nombre d’autres personnes ont montré à la face du monde que non seulement une traduction peut exprimer de manière exacte les idées des plus sublimes écrivains mais qu’il est possible de les améliorer et de les orner de beautés spécifiques à la langue anglaise.

            Si, dans les pages qui suivent, le lecteur s’attend à trouver une traduction servile et littérale, il se fourvoie. Je n’ai jamais pu, et ne pourrai jamais, imiter les défauts de mon auteur, même s’il jouit d’une grande réputation, dans les cas où ces défauts sont, à l’évidence, l’effet d’un manque d’attention. M. Rousseau écrit avec beaucoup d’aisance et d’élégance mais, parfois, la pensée est peu convenable et l’expression peu exacte.

            Quant au mérite véritable de la mise en œuvre de cette conception dans ce qui suit, les suffrages universels qu’elle a recueillis sont une meilleure recommandation que tout ce que je pourrais dire en sa faveur.

 

[1] Workinscheton: Charlotte-Marie-Anne Charbonnier de La Guesnerie, Mémoires de miledi B… Par madame R… 4 vols. Amsterdam et Paris, 1760.

[2] Ceci, et ce qui précède, renvoie à un roman de Marie-Jeanne Riccoboni, Lettres de mistriss Fanni Butlerd à milord Charles Alfred de Caitombridge, comte de Plisinthe, duc de Raflingth, écrites en 1735 ; traduites de l’anglois en 1756, par Adélaïde de Varançai. Amsterdam, 1757.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.