EUSTACE BUDGELL, “PRÉFACE AUX CARACTÈRE DE THÉOPHRASTE” (1714)

Traduction:  Claire Boulard, Université Sorbonne-Nouvelle

Accéder à la version originale du texte

Télécharger la préface en version bilingue (pdf)

Quand en 1714, Eustace Budgell (1686-1737), écrivain whig et contributeur occasionnel au périodique The Spectator, publie sa traduction des Caractères de Théophraste, les Anglais étaient friands du genre du caractère. Budgell profite donc de ce regain d’intérêt pour le genre  pour publier une nouvelle traduction tirée cette fois directement des fragments grecs originaux sous le titre : The Moral Characters of Theophrastus, Translated from the Greek qu’il publie chez le célèbre éditeur Tonson à Londres. La préface de Budgell constitue une étape dans les théories de la traduction : elle fait de la traduction un instrument patriotique qui érige la politesse et la bienséance en principes de traduction britanniques, fondamentaux et modernes. La publicité faite par Addison dans The Lover et le succès de l’édition de Budgell montrent que les contemporains apprécient cette nouvelle conception de la traduction. Deux éditions paraissent en 1714, une troisième en 1718. En 1743 et 1751, deux nouvelles éditions sont proposées au public.

Préface

Deux traductions des Caractères de Théophraste ayant déjà été publiées, l’une en français et l’autre en anglais[1], le public s’attendra sans doute à ce que je dise quelques mots de cette nouvelle version, et ne sera peut être pas mécontent de lire quelques remarques sur l’ouvrage même.

Théophraste écrivit durant la cent-quinzième Olympiade, c’est-à-dire plus de trois cents ans avant la naissance de notre Sauveur. Il seront peu nombreux, je pense, à ne pas se réjouir de voir, décrits par une main si sûre, les caractères du genre humain vivant à cette période reculée ainsi que les mœurs du peuple d’Athènes, la république la plus renommée de Grèce. Le livre que j’ai traduit a toujours été considéré comme une des pièces les plus précieuses de l’Antiquité. Il a été traduit en français voici quelques années par le célèbre Monsieur Bruyère et a probablement fourni à cet excellent auteur son point de départ pour la rédaction de ses propres Caractères. Quant à notre traduction en anglais, je ne dirai rien de plus, sinon qu’elle fut entièrement élaborée à partir de la version française,[2] et comme cela se produit toujours dans le cas d’une traduction de traduction, elle est plate et insipide. On penserait que je suis trop sévère si je disais que Monsieur Bruyère craignait que Théophraste lui fît de l’ombre, pourtant je n’aurai aucun scrupule à affirmer que la méthode qu’il a utilisée pour le traduire a retiré bien des beautés à cet auteur.

La vie et l’âme même de ces caractères proviennent de ce qu’ils sont dépeints avec feu et avec une vivacité et un tour si particuliers qu’ils devraient, si possible, être conservés pour chaque phrase. Si le lecteur est distrait dans sa lecture d’un caractère, et si son attention est attirée par un détail qui lui est étranger, l’impression vive que ce caractère aurait dû produire est tout à fait gâchée, et il perd plus de la moitié de sa force. Théophraste, au temps où il écrivit, ne faisait référence qu’à ce qui était bien connu des personnes les plus humbles d’Athènes; mais la manière dont Monsieur Bruyère a procédé, en usant de trop nombreuses allusions aux coutumes grecques, oblige le lecteur moderne à consulter une ou deux notes, qui sont souvent plus longues que la phrase même dont il voudrait connaître le sens.[3]

Afin d’éviter cet écueil, j’ai pris une certaine liberté dans la présente traduction; et j’ai été bien plus soucieux de préserver l’esprit et l’humour de Théophraste que ses mots. J’ai scrupuleusement lu l’ensemble des Notes de Casaubon et de Duport, à qui je suis fort obligé pour le sens de plusieurs passages obscurs.[4] J’ai en général suivi son interprétation, qui était la plus humoristique, et je me suis parfois aventuré à adopter une interprétation différente des leurs. Si bien que le lecteur peut s’il le souhaite, considérer cette traduction de Théophraste comme un court commentaire tissé dans les lignes du texte. J’ai bel et bien donné un air grec à l’ensemble de l’œuvre ; mais comme il n’y a pas une seule phrase dont le lecteur de sens commun, sans être érudit, ne puisse aisément comprendre le sens, je n’ai ajouté aucune note.

Quiconque connaît la langue grecque trouvera que certains titres de ces caractères expriment de si nombreuses idées complexes qu’il était impossible de les traduire par un seul mot anglais. C’est la raison pour laquelle je me suis vu dans l’obligation de les expliquer de temps à autre.

Je ne dirai rien de plus de cette présente traduction, sinon que je fus en particulier forcé de m’éloigner de mon auteur dans le 19e chapitre, intitulé “D’un vilain homme”. La vérité est que l’original était si cru que la politesse actuelle n’aurait jamais pu l’endurer; et d’ailleurs la traduction française n’est pas plus raffinée. Je ne présenterai aucune excuse pour cela et espère que ce chapitre, pour autant que je l’ai adouci, passera sans dommage la censure de mes lecteurs policés.

Il est évident, à lire l’introduction de ces Caractères, que Théophraste avait le dessein de traiter de tous les vices et de toutes les vertus. Mais comme selon ses propres dires, il ne les commença qu’à l’âge de quatre-vingt-dix-neuf ans,[5] il est probable qu’il ne vécut pas assez longtemps pour terminer son travail. On y trouve seulement les titres de deux autres chapitres dans des manuscrits anciens.

Le lecteur verra dans chaque caractère les traits humoristiques les plus raffinés associés à une peinture fidèle de la nature. Et je crois que je peux avoir l’audace d’affirmer que, si certains de ces caractères était bien travaillés et portés sur la scène britannique, ils remporteraient assurément le succès. Il ne serait pas faux en effet d’appeler Théophraste le Père de la Comédie ; Ménandre le poète comique était son disciple et, selon Pamphile, était redevable d’une grande part de son humour à la conversation et aux écrits de son maître.[6]

Le même auteur assure que Théophraste lui-même adorait les comédies et l’on peut observer que parmi les écrits perdus de notre auteur se trouvaient deux traités, l’un sur la comédie, et l’autre sur la nature du ridicule.

Chacun sait que Térence se forma grâce à Ménandre et qu’il connaissait les écrits de ce philosophe. Les Caractères de Gnathon et Thrason en particulier, que l’on considère comme les deux plus amusants chez Térence, sont d’excellentes copies du flatteur et du vantard couard de Théophraste.[7]

Le projet de Théophraste requiert une extrême précision et seul un si grand génie pouvait réussir, puisque, comme l’observe Monsieur Bruyère, il n’a fait usage pour tous ses caractères que d’une seule figure, la description ou l’énumération.

Certains caractères paraissent à première vue se ressembler; mais après observation, on verra que Théophraste ne révèle jamais aussi finement sa connaissance de la nature humaine que dans les différentes circonstances qui composent ces caractères divers. On en trouve des exemples dans les trois sortes d’avarice, les deux importuns, etc. La subtilité de son discernement dans ce dernier exemple est telle que l’on ne peut trop déplorer la perte de cette œuvre que j’ai trouvé mentionnée dans le catalogue de ses écrits que donne Diogène Laërce, sous le titre de mercredi, septembre 6, 2017ςετώυ διαφeατ) De la différence des Vertus.[8]

Je ne peux conclure cette préface sans observer que le savant Casaubon et Monsieur Needham de Cambridge (qui a récemment publié une brillante édition de Théophraste) estiment tous deux que plusieurs de ces caractères ont été fondus et mélangés, que certains sont imparfaits et que nous avons perdu les titres d’autres. Ils en veulent pour preuve le fait qu’ils trouvent fréquemment sous un titre plusieurs traits dont ils ne peuvent concevoir qu’ils s’y rapportent tous. Avec humilité, je ne peux m’empêcher d’être d’un sentiment différent ; et je pense que l’on peut expliquer facilement cette apparente difficulté. Théophraste était le Spectateur de son époque. Il dressait des portraits d’hommes particuliers; et, tandis qu’il décrivait par exemple un avare, ayant sous les yeux quelque exemple remarquable de ce vice, il y jetait un ou deux traits qui, sans être des exemples propres d’avarice, contribuaient à parachever le portrait de cet homme. Chez Théophraste, on peut comparer un caractère à un miroir placé pour refléter un objet précis, mais qui ne peut représenter cet objet dans toute sa lumière sans nous donner un aperçu du paysage à l’entour.

 

 

[1] Budgell fait ici allusion à la traduction par Jean de La Bruyère des Caractères de Théophraste qu’il publie avec ses propres caractères. La première édition des Caractères reçut le privilège royal en 1687 et parut en1688. Ce fut un succès immédiat. Huit éditions parurent entre1688 et 1694. Elle fut traduite en anglais sous le titre, The Characters or the Manners of the Age, made English by several hands and the Characters of Theophrastus Translated from the Greek and a prefatory discourse to them by Monsieur de la Bruyère in 1698. (1713, 6th ed).

[2] Le titre de cette édition de la version anglaise prête à confusion, car il laisse entendre que cette traduction est élaborée à partir du texte grec et non à partir de la traduction française de La Bruyère.

[3] En effet, la traduction de La Bruyère incluait de nombreuses mais courtes notes expliquant les mœurs des Grecs. Ces notes apparaissent dans la traduction anglaise de l’édition de la Bruyère

[4] Isaac Casaubon (1559-1614) fut l’auteur d’une édition de référence qui fit autorité jusque dans les années 1950. Casaubon avait traduit en latin vingt-deux caractères de Théophraste en 1592, auxquels il ajouta dans son édition de 1599 cinq nouveaux caractères. Son édition contient deux cent soixante-dix pages de commentaires sur le texte. James Duport (1606-1679), Professeur de Grec à Cambridge devenu ensuite Maître à Magdalen College, Cambridge, avait donné des conférences sur les quinze premiers caractères de Théophraste. Ses manuscrits furent rassemblés et publiés en 1712 dans Theophrastou Charackteres Ethikoi. Theophrasti Characteres ethici. Graece & Latine Cum notis ac emenddationibus Isaaci Casauboni & aliorum, (1712), 618 pp.) par Peter Needham, autre spécialiste des humanités classiques à l’Université de Cambridge.

[5] Voir la courte préface de Théophraste lui-même à ses Caractères.

[6] Budgell s’inspire ici du chapitre que Diogène Laërce consacre à Théophraste dans Vie, doctrines et sentences des philosophes illustres (ed. Robert Genail, Garnier Flammarion, 1965, vol. 1, livre 5, 242). Diogène rapporte que, selon le livre 13 des Commentaires de Pamphile, Théophraste adorait la comédie. Cet ouvrage fut traduit en anglais en 1688 sous le titre The Lives, Opinions, and Remarkable Sayings of the Most Ancient Philosophers made English by several Hands que Budgell a pu consulter, puisquil fut réédité en 1698.

[7] Budgell compare les caractères n° 2 et 21 avec les personnages de la pièce de Térence L’Eunuque. Depuis 1694, les traductions anglaises (Terence’s Comedies made English, London, 4th ed., 1713)) de l’historien Laurence Echard avaient rendu les comédies de Térence accessibles au grand public.

[8] Diogène Laërce, Vie, doctrines et sentences des philosophes illustres, 246.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.