MARGARET TYLER, “M.T. AU LECTEUR” (1578)

Traduction et édition: Sophie Chiari, Université Clermont-Auvergne

 

Accéder à la version originale du texte

Télécharger la préface en version bilingue (pdf)

On ne connaît que fort peu de choses de la vie de celle qui fut pourtant la première femme en Angleterre à avoir traduit un ouvrage de fiction en suivant directement l’original espagnol plutôt qu’une réécriture française, et à défendre dans sa préface la place des femmes au sein de la littérature en général et pas simplement dans le domaine de la littérature dévote, souvent choisie par les traductrices de l’époque. D’origine modeste mais non sans éducation, Margaret Tyler a probablement fréquenté dans sa jeunesse une classe moyenne en plein essor et sa connaissance de la langue espagnole donne à penser qu’elle a pu fréquenter des marchands anglais en affaires avec les Espagnols. Le fait qu’à la fin du 16e siècle, Tyler ose traduire un ouvrage espagnol teinté de catholicisme et, qui plus est, qu’elle s’attaque à un récit ayant essentiellement trait à l’amour courtois, semble faire de sa préface un manifeste féministe avant l’heure.  Or, la lecture proto-féministe de ce texte désormais inclus dans diverses anthologies de l’écriture au féminin est aujourd’hui sujette à controverse pour des raisons historiographiques autant qu’idéologiques.

Préface

M. T. au Lecteur

Cher lecteur, tu trouveras ici l’histoire d’un empereur grec nommé Trébatius[1].  Récit véridique de ses exploits ou joyeuse fable, je ne saurais dire, et je n’ai pas non plus vraiment cherché à le savoir lorsque je l’ai traduite, mais je t’en propose une version en anglais à titre d’instruction et de divertissement[2]. Le principal sujet de cette histoire, ce sont les exploits guerriers,  et les personnages dont il est ici question sont tout particulièrement réputés pour leur magnanimité et leur courage. Le but de l’auteur consiste à motiver et donner du cœur à l’ouvrage à des jeunes gens pour qu’ils se distinguent en accomplissant des faits similaires. L’histoire a d’abord été écrite en espagnol, langue d’une nation qui, de l’avis général, a toujours joui jusqu’ici d’une renommée universelle. Il n’est pas inutile de s’interroger sur les buts qu’elle poursuit : en effet le texte est agrémenté par la variété et l’apport incessant de nouveautés ; les discours y sont brefs et plaisants, sages dans leurs maximes et peu portés sur les calamités. Le mérite en revient au style plus qu’au contenu de cet ouvrage et j’aimerais te transmettre le plaisir que j’ai moi-même trouvé à la lecture du texte espagnol, même s’il est rare que la saveur en soit préservée quand on passe d’une langue à l’autre. J’espère que tu me feras l’amitié d’accepter la transcription que j’en ai faite, d’autant plus qu’il est l’œuvre d’une femme, cela bien que le sujet en soit profane et qu’il convienne davantage à un homme qu’à une personne de mon sexe. Mais, pour ce qui est du caractère viril du sujet, tu sais bien qu’en temps de guerre, tambours et trompettes n’ont pas besoin d’être de bons guerriers. Ils s’engagent uniquement pour inciter les autres, même s’ils souffrent de blessures intimes et sont donc incurables. Par conséquent, cher lecteur, si le mal que je me suis donnée pour traduire cet auteur en anglais est susceptible de te faire apprécier les vertus dont il est ici fait l’éloge, de t’amener par cet exemple à mettre ta personne au service des combats de ton prince et de ton pays, et de chercher à te faire un nom comme  je cherche moi-même à faire reconnaître mon mérite, alors je refuse de m’incliner et de me laisser intimider par qui prétendent que je reste à l’arrière. Il me semble que quelqu’un qui souhaite que le sol soit labouré ne tient pas nécessairement la charrue, et que ce n’est pas pécher que de parler de Robin des Bois même sans avoir tiré la moindre flèche avec son arc. Admettons qu’on ait l’audace de vouloir prendre part à la guerre, comme le faisaient jadis les Amazones,  (comme le fait Claridiana dans cette histoire, et bien d’autres dans d’autres récits le fait d’en parler n’est pas si haïssable. Car cela peut vous servir à vous, les hommes, qui êtes vous-même des combattants, ainsi qu’à nous, les femmes, qui bénéficions de vos victoires à part égale, soit parce que le sujet est si remarquable que celle qui le relate, aussi ordinaire soit-elle, ne peut l’entacher d’aucun discrédit, soit parce qu’il est si connu du plus grand nombre que chacun peut en parler, soit enfin parce qu’il correspond à une peur commune et généralisée de la guerre et de l’invasion. L’invention, la disposition, et l’ornementation, comme toutes les  autres caractéristiques de cette histoire, appartiennent entièrement à un autre, mon rôle s’étant ici borné à traduire, un peu comme s’il s’agissait de recevoir un étranger qui, jusque-là, ne se serait pas encore familiarisé avec les usages de notre pays. Ma foi, le pire c’est peut-être que parmi les si nombreux étrangers qui viennent chaque jour chez nous (certains étant déjà installés depuis longtemps, d’autres récemment arrivés), il y en a qui écrivent sur des thèmes importants et graves qui ont trait à la religion ou à d’autres sujets, dont la nature semble mieux convenir à mon âge, tandis que d’autres traitent de thèmes plus faciles et familiers abordés dans la conversation courante — thèmes dont une dame peut honnêtement s’emparer[3]. J’ai malgré tout choisi de m’intéresser à ce Monsieur et à lui seul, lui dont le personnage ne saurait toutefois avoir de quoi se recommander aux personnes de mon sexe et dont le comportement (léger et guerrier) ne saurait non plus convenir à mon âge. Donc, la question qui se pose à présent est celle de mon choix, et non de mon travail. Il s’agit de savoir pourquoi j’ai préféré cette histoire à des sujets plus conséquents. Pour y répondre, cher lecteur, la vérité est que ce n’est pas moi qui ai fait le premier pas vers ce genre de tâche, et que cet ouvrage m’a donc été imposé par d’autres,  par ceux-là même qui, les premiers, m’ont conseillé de me mettre à l’ouvrage et qui ont pris sur eux de me guider et de me surveiller, de peur que je sombre dans l’oisiveté. Et pourtant, parce qu’il était en mon pouvoir de refuser, je dois répondre du fait d’avoir cédé si facilement. Mais je ne suis peut-être pas sans quelque excuse s’il est vrai que des sujets de moindre valeur ont été traités par des gens non moins âgés que moi, et que de nouvelles histoires paraissent chaque jour sous forme de chansons, de sonnets, d’interludes ou d’autres genres, cela simplement pour divertir quelques messieurs, et qu’elles ne donnent pas lieu à la moindre critique. Mais je pense que ce serait là plaider une mauvaise cause, car, outre le fait que je me heurterais à tant d’ennemis réputés (ces vaines bagatelles ayant pour auteurs des gens connus), mes autres adversaires ne se tiendraient pas tranquilles pour autant. Ils diraient en effet que l’un comme l’autre de mes arguments ne valent rien, et même si d’aventure je ne me faisais pas remarquer parmi cette multitude, et que je ne sois pas la seule à être montrée du doigt ni à échouer dans mon entreprise, parce qu’il y a moins de mérite à pardonner si la faute excusée est commune, je ne fonderais pas ma défense sur ce qui ne peut m’être d’aucune aide et qui risque de gêner d’autres hommes. Ma défense repose sur l’exemple des meilleurs, parmi lesquels beaucoup ont dédié leurs travaux — qu’il s’agisse d’histoires de guerre, ayant trait à la médecine, au droit, à la politique ou à la religion — à diverses grandes dames et à des femmes. Et si les hommes peuvent, comme ils le font, dédicacer leur ouvrage à des dames, alors ne pouvons-nous pas, nous les femmes, lire ceux de leurs ouvrages qu’ils nous dédient, et si nous pouvons les lire, alors pourquoi ne pas les explorer plus profondément pour y rechercher une vérité ? Et plus encore, pourquoi ne pas les aborder par le biais de la traduction, d’autant que cette sorte d’exercice  est plus affaire de méticulosité que de puissance d’imagination ou de grand savoir,  et il faut bien avouer que, dans leurs dédicaces, les auteurs admettent non seulement emprunter le nom de personnages estimables, mais aussi faire appel à des témoignages qui les grandissent — qu’on ne sollicite jamais sans quelque ambition et que les intéressés ne donnent pas à la légère. Si l’on empêche les femmes d’accéder à ces mêmes livres qui sont publiés en leur nom, ou si  l’on ne recherche que la gloire dans nos dédicaces habituelles, alors peu importe que les personnes en question soient vivantes ou mortes. Quoi qu’il en soit, malgré l’idée que les femmes seraient incapables de parler de la connaissance sous prétexte que les hommes prétendent être les seuls détenteurs du savoir ou qu’elles le puissent le faire d’une certaine manière, par le biais d’un accès limité ou circonscrit à des domaines bien spécifiques, il me semble quant à moi que le fait qu’une femme écrive une histoire ou qu’un homme dédie son histoire à une femme, revient strictement au même. Mais, parmi tous les gens qui m’en veulent, tous n’auront pas, je l’espère, l’intransigeance de vouloir me contraindre soit à ne pas écrire, soit à me consacrer à des écrits religieux[4]. De même que ne fais pas suffisamment confiance à mon propre jugement si je devais aborder des sujets de controverse, de même il me semblerait impossible de trouver le moindre livre écrit dans cette langue qui n’en offenserait pas certains. D’un autre côté, je me rends compte que d’autres pourraient se sentir assez offensés de voir leur merveille espagnole transformée en divertissement anglais. Ils pourraient bien autoriser cette histoire en espagnol mais trouver insupportable de l’obtenir à si vil prix, à moins d’en avoir l’exclusivité[5]. Je n’ai aucune envie de m’étendre sur ce dont ces hommes-là sont faits, car mon but aura été de faire partager mes goûts à d’autres, car je ne doute pas, cher lecteur, que si après des choses sérieuses, tu prends plaisir à te divertir avec cet Espagnol, tu en seras récompensé en y trouvant la juste dose de malveillance et de couardise, agrémentée d’une bonne dose de respectabilité et de courage, capables de t’offrir suffisamment d’exemples étrangers comportant l’un et l’autre[6]. Et de tels sujets davantage conçus pour passer le temps que pour tirer profit de quelque grave savoir, l’auteur les a toujours rendus respectables, faisant en sorte de joindre l’utile à l’agréable. Cet étranger sera donc pour toi un honnête homme quand le besoin s’en fera sentir, et, à d’autres moments, il sera tantôt un bon compagnon pour passer agréablement une morne soirée, soit un joyeux drille à tes côtés.  Voilà ce qu’il convenait de dire à propos du présent récit, qu’il n’est nullement inconvenant de traiter pour une femme, et qui ne requiert pas non plus un âge moins avancé que le mien. Mais, sur ces deux points, cher lecteur, je crois t’avoir déjà mis en garde, de peur peut-être qu’en apprenant mon nom et mon âge, tu ne sois amené à me suspecter à tort d’audace et d’impertinence, accusations dont je me débarrasserais volontiers par le biais de cette simple excuse, et si ce travail peut me valoir tes faveurs, dès lors que ce choix est le mien, je te serai particulièrement reconnaissante de ton approbation[7]. Sur ce, je te salue bien.

 

Ton humble servante, M. T.


 

[1] Le nom de ce personnage est francisé ainsi dès la parution du premier livre de l’histoire du Chevalier du Soleil en 1620. Le huitième et dernier volume fut traduit et publié en France cinq ans plus tard, en 1625.

[2] Note marginale: Louanges de cette histoire.

[3] Note marginale : Qu’une femme de mon âge peut contribuer au sujet.

[4] Note marginale: Qu’il est possible de ne pas écrire sur un sujet religieux.

[5] Note marginale: Que vous souhaitiez faire bénéficier le plus grand nombre de vos efforts.

[6] Note marginale : L’usage et le profit de cette traduction de l’espagnol.

[7] Note marginale: Conclusion.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.