PHILEMON HOLLAND, “PRÉFACE AU LECTEUR” (1601)

Traduction et édition: Sophie Chiari, Université Clermont-Auvergne

Accéder à la version originale du texte

Télécharger la préface en version bilingue (pdf)

L’histoire du monde communément appelée L’histoire naturelle de Pline l’ancien. Traduit en anglais par Philemon Holland, Docteur en médecine. Premier tome, Londres : imprimé par Adam Islip, 1601.

Originaire de l’Essex, Philemon Holland est né le 6 novembre 1552. Diplômé d’Oxford et de Cambridge, Holland commence à exercer la médecine en 1597, tout en enseignant à la « Free School » de Coventry.  Peu avant 1600, il entreprend un ambitieux chantier, la traduction de l’histoire de Tite-Live. Tout juste un an plus tard, Holland s’attaque aux trente-sept volumes de la monumentale Naturalis Historia de Pline l’ancien, où le merveilleux le dispute à la science. Holland possède les qualités et les défauts de son temps — il accumule, enjolive, réécrit — mais il se comporte en traducteur suffisamment précis pour faire date dans l’histoire de la traduction : il faut attendre 250 ans pour qu’un Anglais se risque après lui à traduire l’encyclopédie latine. La préface qui nous occupe nous montre le degré de réflexion de l’un des premiers quasi-professionnels de la traduction que l’Angleterre ait connu. 

 

Préface au Lecteur.

Heureux étaient jadis les êtres réputés (et pour cause) qui possédaient ce gracieux don du ciel, aut facere scribenda, aut scribere legenda — c’est-à-dire, d’accomplir ce qui mérite d’être écrit, ou d’écrire ce qui vaut la peine d’être lu. Ceux qui étaient incapables d’atteindre ces deux branches de la félicité mais qui avaient l’oisiveté en horreur, se satisfaisaient d’une troisième voie consistant à s’emparer des anciens ouvrages de leurs ancêtres pour les immortaliser grâce à de nouveaux labeurs. C’est ainsi que Nicophane (célèbre peintre de son temps)[1] s’adonna complètement à la peinture ancienne, en partie pour illustrer et reproduire ses figures longtemps après qu’elles eurent disparu, et en partie pour les amender et les restaurer si d’aventure elles avaient été abîmées. Je recommande vivement l’ingéniosité d’esprit de cet artisan entièrement vouée à l’antiquité ; je ne peux donc qu’adhérer à sa conduite et chercher par là-même à éviter l’envie et le reproche d’autrui. Dans cette catégorie, je range aussi les hommes érudits qui, à des époques diverses, afin d’illustrer les monuments littéraires laissés par leurs prédecesseurs, y ont ajouté leurs commentaires ; qui, afin de les préserver dans leur pureté et leur intégrité, y ont adjoint des observations critiques ; et qui, afin qu’ils soient publiés pour le bien de la postérité, ont traduit ces monuments dans leur propre langue. Quant à moi, qui n’ai ni la prétention ni l’espoir de produire quelque chose de mon cru qui puisse atténuer les tourments d’un lecteur, et moins encore d’accomplir une action susceptible de fournir de la matière à un écrivain, je suis cependant si profondément attaché à mon pays natal et à la condition bienheureuse dans laquelle j’ai vécu — au point de mettre à profit mon passé et mes études effectuées lors de ce long et paisible laps de temps durant lequel (sous le fort heureux et gracieux gouvernement d’une princesse sans pareil, entourée d’un Conseil aussi avisé, politique et prudent[2]) toute une littérature de qualité a pu se développer et fleurir — que j’ai pensé qu’il était de mon devoir de laisser aussi à mon tour (après tant d’autres) quelque petit mémorial susceptible de témoigner un jour des fruits généralement produits en cette ère paisible qui est la nôtre. Je me suis donc efforcé de me tenir dans cette troisième catégorie, et j’ai consacré ces heures arrachées à la pratique de ma profession et aux besoins de la vie quotidienne à satisfaire de la sorte mes compatriotes et me rendre agréable aux générations à venir. Dans la lignée travail déjà accompli sur Tite Live[3], historiographe réputé,  j’ai entrepris de poursuivre mes efforts avec Pline l’ancien, philosophe non moins célèbre. Bien que mon seul but fût de procurer du plaisir à ceux qui ne peuvent lire ces auteurs dans l’original, il me faut avouer que moi-même, je n’y pas seulement gagné en maîtrise de la langue latine (dans laquelle ces deux œuvres sont écrites), mais j’ai aussi acquis plus ample connaissance des sujets et des démonstrations contenus dans ces livres. En effet, tel est le bénéfice que nous retirons des ouvrages des anciens : plus nous les lisons, plus nous apprenons d’eux, car ils sont écrits si judicieusement, et avec tant de pertinence,  que, comme l’a très bien dit le poète, decies repetita placerent[4]. Les chants les plus récents et les dernières pièces peuvent bien plaire immédiatement à nos oreilles et ravir dans l’instant nos sens, tout comme les premiers fruits d’été, mûrs à point, contentent notre palais et notre appétit. Mais c’est bien l’antiquité qui confère aux textes force, vigueur et grâce, tout comme l’âge fait les vins les meilleurs et les plus généreux. Ceci considéré, et vu mon expérience, je ne doute pas que ceux que je pourrais justement craindre pour la sévère censure de mes travaux n’éprouveront pas seulement de la pitié pour mes efforts, mais en viendront d’une certaine façon à me remercier, lorsqu’à la lumière de la langue anglaise (s’il s’agit de jeunes étudiants), ils parviendront à saisir plus aisément les expressions obscures et les tournures compliquées du latin ; ou (s’il s’agit de grands érudits se prenant pour d’éminents critiques) lorsque cherchant ensemble à voir où je me suis fourvoyé, ils seront amenés à relire et ainsi à tirer nouveau profit de cet auteur qu’ils avaient délaissé depuis de nombreuses années, pensant l’avoir suffisamment compris. Quand, dis-je, à cette occasion, ils en verront le bénéfice, je craindrai moins leur terrible jugement auquel je me suis exposé avec tant de ténacité. Je sais bien, que, parmi les Athéniens, la loi ordonnait que tout interlude nouvellement joué fût écouté en silence et applaudi. Cette coutume, bien que respectueuse et encourageante des premiers pas des acteurs, impliquait aussi, de façon inévitable, le danger d’être sifflé et de tomber dans une totale disgrâce s’il leur arrivait ensuite de mal jouer leur rôle. Etant déjà monté une fois sur scène, et fort de ce même privilège et de cette courtoisie qui vous est accordée au théâtre, j’aurais pu ensuite me contenter de rester tranquille et me reposer. En remontant aussi vite sur scène, je peux soit sembler être très confiant en ma propre valeur et vouloir défier la critique de tous, soit paraître prisonnier d’une illusion selon laquelle je jouirai d’une grande faveur et d’une connivance généralisée. Mais mon choix de publier les monuments d’autres hommes sans en avoir écrit un seul m’excuse et m’acquitte du premier défaut, tout comme l’esprit mal tourné des censeurs de notre époque me dédouane du second. Au regard des efforts fournis par moi seul pour le plaisir du plus grand nombre, de tout ce temps passé par moi pour en faire gagner aux autres, de ces occasions négligées et manquées de gain personnel au profit de celui d’autrui, je ne doute pas que ces mérites puissent être reconnus avec bienveillance et contrebalancer erreurs et défauts, quels qu’ils soient. Cette conviction, ajoutée à l’amour profond que j’éprouve pour mon pays (ce qui m’a assuré d’un sauf-conduit pour passer entre les mains des personnes les plus estimables et les mieux disposées), m’a non seulement décidé à entreprendre cette nouvelle tâche, mais aussi à en surmonter toutes les difficultés jusqu’à ce que je la mène à bien, à défaut d’atteindre la perfection absolue. Outre cette inclinaison naturelle qui m’a conduit à faire cela, d’autres raisons m’ont poussé à m’embarquer dans cette aventure. J’ai vu la façon dont d’autres hommes se sont intéressés avant moi à cet auteur. Alors que certains ont entrepris de réparer ce qui, à cause du temps passé, était devenu caduc, d’autres ont fait de leur mieux pour le traduire dans leur langue, c’est-à-dire en italien et en français. Qui plus est, son titre si universel, à savoir L’Histoire du monde ou Les Rapports sur la nature, montre (sans aucun doute) qu’il écrivit d’abord ce livre pour le bien général de l’humanité. En outre, le propos qui suit est plein de variété, orné de discours de tous ordres, pas simplement destinés aux érudits, mais aussi aux rudes paysans de la campagne ; aussi pertinents pour les artisans industrieux des villes et des cités que pour la santé corporelle des hommes, des femmes et des enfants. Des discours, en un mot, appropriés pour toutes sortes de gens vivant ensemble en société. Sans parler du précédent que nous a fourni l’auteur lui-même, qui a accompli tout cela sans aucune phrase ampoulée, mais s’adaptant aux capacités des plus ignorants et des plus illettrés, en traduisant beaucoup à partir du grec. Et pourquoi me faudrait-il citer l’exemple des temps anciens où cette pratique était si souvent adoptée et approuvée ? Et pourquoi faudrait-il que l’on s’offense du présent projet, que l’on jalouse ce bien et qu’on en prive son pays d’origine alors qu’il était destiné au départ au monde tout entier ? Et pourtant, certains sont assez malotrus pour affirmer que de tels livres ne devraient pas être publiés en langue vulgaire. C’est une honte, dit l’un d’eux, que Tite Live parle anglais comme il le fait : seuls les latinistes doivent le connaître. C’est comme si le soldat devait s’en remettait à l’université pour ses compétences et son savoir militaires, ou comme si l’homme de lettres devait prendre les armes et installer un camp. Pourquoi Pline, dit un autre, devrait-il être lu en anglais, et les mystères que recèlent ses livres divulgués : comme si le cultivateur, le maçon, le charpentier, l’orfèvre, le peintre, le lapidaire, le graveur et d’autres artisans, étaient voués à prendre conseil sur leurs différentes métiers auprès de grands clercs ou de grands linguistes ? Certes, ces censeurs, outre leur jugement aveugle et erroné, ne pensent pas aussi honorablement à leur pays d’origine qu’ils le devraient : s’ils étaient aussi bien disposés qu’ils devraient l’être, ils souhaiteraient plutôt et s’efforceraient par tous les moyens possibles de triompher à présent des Romains en soumettant leur littérature à la plume acérée des Anglais, pour se venger de la conquête de cette île qu’ils firent jadis de la pointe de leurs épées. En ce qui concerne la langue, le latin n’était-il pas aussi répandu et naturel en Italie que l’anglais l’est chez nous ? Et si Pline n’a pas fauté mais a bien mérité son nom romain en diffusant à l’étranger les richesses et les trésors cachés de la nature dans ce dialecte ou cet idiome connu des plus frustes paysans, pourquoi faudrait-il blâmer quiconque d’entreprendre la même chose afin d’enrichir le pays dans lequel et pour lequel il est né ? Sommes-nous la seule nation sur cette terre à ne pas mériter de goûter à un tel savoir ? Ou notre langue est-elle barbare au point de ne pouvoir rendre de façon pertinente les tournures étrangères ? J’estime profondément ceux qui ont récemment montré la voie avant moi avec Plutarque, Tacite et d’autres[5], prouvant bien que la langue anglaise est si flexible et malléable qu’elle peut naturellement rendre n’importe quelle autre langue, et que par conséquent, tout Anglais tenant une plume à la main est en mesure d’exprimer ce qui s’est dit en grec, en latin et en hébreu. Et j’espère qu’à ma suite viendront d’industrieux Flavien[6] qui pourront enfin cornicum oculos configere[7]. Car si moi-même, homme que la profession destinait à autre chose, bien moins doué que beaucoup d’autres et n’ayant pas les aides possédées par d’autres, j’ai pu en quelque sorte apprendre l’anglais à ceux que l’on présumait tout à fait incapables de parler cette langue, à quoi peut-on s’attendre de la part de ceux qui sont en mesure de mieux faire en s’attelant à la tâche, qui ont plus d’esprit que moi, et qui, portés favorablement par l’opinion des hommes et la faveur de leur époque, pourront entreprendre ce qu’ils veulent et réaliser tout ce qu’ils entreprennent avec plus de bonheur que moi ? Il s’agit, je l’avoue, d’un travail pénible et laborieux, et je ne doute pas que beaucoup pensent que d’y passer autant de temps, négligeant ainsi une manière rapide d’amasser des biens et de remplir sa bourse, est une folie. Mais, quand je regarde l’exemple de Pline, je me dois de condamner à la fois ma propre paresse et réprouver l’indolente négligence de notre époque. Il était courtisan et grand favori des Vespasiens père et fils[8]. De surcroît, c’était un orateur qui plaida de nombreuses causes en justice, ainsi qu’un soldat qui servit plusieurs fois en tant que chef et commandant des armées. Dans la cité de Rome, il s’occupait des affaires civiles et effectuait d’honorables services d’État. Qui ne penserait pas que chacune de ces fonctions requiert à elle seule un homme tout entier ? Et pourtant, malgré toutes ses occupations, il écrivit des chroniques, rédigea des commentaires, compila des traités de grammaire et bien d’autres volumes qui sont aujourd’hui totalement perdus. Pour ce qui est de la présente Histoire de la nature (seul monument de sa main ayant échappé à tous les dangers et nous parvenant intact tel un autre Palladium[9]), qui prouve qu’il est un excellent philosophe ainsi qu’un homme accompli dans tous les genres littéraires, et où il a abordé toutes choses de la voûte étoilée au centre de la terre, on est en droit de se demander comment il a pu à la fois écrire et faire autre chose. Mais, lorsque l’on considère l’agilité de cet esprit humain toujours en branle, son désir ardent d’instruire la postérité (qu’il a si souvent montré dans ses volumes[10]) et son infatigable travail de jour comme de nuit, qui faisait même injure à sa nature humaine, qu’il poursuivait à tout moment, en voyage comme chez lui (durant ses trajets sur la grand-route, où il avait coutume de lire et de prendre des notes, lorsqu’il prenait le chemin ordinaire des rues entre sa maison et la cour, où il ne se donnait aucun répit, mais lisait ou bien trouvait son travail notarial à rédiger et, à cet effet, se déplaçait habituellement dans une petite litière confortable avec ledit notaire à ses côtés), on ne s’étonnera plus qu’il fût au service du prince et de l’État, comme le voulait son rang, et qu’il léguât aussi à la postérité tant de fruits issus de son esprit et de son savoir.

Car qu’est-ce que l’esprit de l’homme n’est-il pas capable de concevoir ? Surtout lorsqu’il met les voiles avec une résolution et un désir fervents d’accoster et profiter de chaque instant, et ne pas perdre de temps, dont il était unus omnium parcissimus[11]. C’était sa propension à fouiller les secrets de na nature, et rien d’autre, qui raccourcit sa vie et précipita sa mort prématurée : n’ayant guère dépassé la durée de vie moyenne, il désirait savoir pourquoi donc le mont Vésuve brûlait. Et il s’en approcha si près que les fortes vapeurs et fumées qui s’en échappaient l’empêchèrent soudain de respirer, et on le retrouva mort sur place[12]—lui, un homme qui aurait mérité de vivre éternellement. Ce qui reste à faire aujourd’hui, c’est de recommander son travail (le travail d’un homme que, personnellement, j’aurais voulu immortel) à mes compatriotes, si je n’avais à me défaire d’un seul scrupule qui, tout d’abord, me gêna un peu, et qui, pourrait offenser quelques lecteurs. En attribuant tant à la nature, Pline semble déroger à Dieu tout puissant — à celui qui est dit agnotos[13] — et il paraît par conséquent dangereux, dit-on, de le divulguer. Loin de moi l’idée de publier quoi que ce soit qui corrompe les manières humaines ou, plus encore, qui soit préjudiciable à la religion chrétienne. Après m’être entretenu sur ce point avec divers hommes d’Église[14], que je respecte pour leur autorité, dont j’honore et j’approuve les connaissances, et dont le jugement et la sincère religion me servent d’appui, j’ai été confirmé dans mes intentions premières, et j’ai résolu de terminer ce que j’avais commencé, à savoir, ne pas priver le monde d’un si riche joyau à cause du petit défaut qui s’y trouve. Et pour que l’on voie désormais que je n’ai pas abondé dans mon propre sens mais que j’ai tenu compte aussi bien de la conscience des autres que de la mienne, j’ai pensé bon d’annexer immédiatement ci-dessous, à la manière d’un corollaire, l’opinion d’un prédicateur érudit et distingué à propos de ce doute, tel qu’elle est parvenue jusqu’à moi par écrit. Comme elle s’appuie sur des arguments valables rejoignant ceux des autres, je respecte d’autant moins les projets présomptueux de quelques esprits déraisonnables. Je ne doute donc qu’une telle opinion sera partagée par les plus indécis et lavera mes travaux de toute présomption d’irréligiosité.

Copie de ladite lettre, écrite à propos de la traduction de Pline.

 

Très cher ami, en plus de vingt ans et autant de preuves d’affection de notre amitié, je n’ai pas besoin de redire quelle est mon affection à votre endroit ; et mes conversations quotidiennes avec vous m’ont conduit à donner mon accord à votre minutieux travail de traduction de Pline. Ces quelques lignes serviront donc seulement à témoigner publiquement des propos mérités que j’ai toujours tenus sur vous en ce qui concerne votre savoir, et de mon opinion sur ce travail qui est le vôtre et qui révèle les trésors de la nature à vos compatriotes, cela afin de voir et d’admirer la sagesse, le pouvoir et la bonté du seul vrai Dieu, créateur de la nature. Je ne suis pas de l’avis de ceux qui souhaitent que toute la connaissance humaine dans le domaine des arts et des sciences soit scellée et verrouillée derrière une langue étrange : sans laquelle on ne peut y avoir accès, car pareille connaissance est une branche de cette excellence qui fait la formation de l’homme, de sorte que sa maîtrise (bien qu’il ne s’agisse pas de l’essentiel) reste injustement négligée au regard des avantages que nous pourrions y trouver et de la gloire de Dieu qu’elle permettrait de promouvoir. Et c’est la sagesse et la main providentielle de l’Unique qui a guidé les sages profanes dans les domaines de l’art et de la nature afin qu’ils rendent publiques leurs compétences auprès de leurs concitoyens dans leur langue maternelle : en partie pour amender la vulgarité qui est le propre de l’ignorance, et en partie pour les laisser sans excuse. À cet égard, on pourrait en quelque sorte les appeler les prophètes et maîtres des païens[15]. Et, bien qu’à la lumière de la nature, Pline et ses contemporains fussent incapables de trouver le Dieu de la nature qui se tient dans la glorieuse lumière que nul ne peut atteindre, mais qu’ils trahissent au contraire par la vanité de leur imagination l’ignorance de cœurs insensés[16] (certains s’éprenant de la nature elle-même, d’autres de créatures spécifiques qu’ils prenaient pour leur Dieu), nous ne craignons pourtant pas que les Chrétiens, si bien éclairés, puissent être ensorcelés par ces maîtres aveugles au point de vénérer ces idoles païennes. Oui, bien que certains d’entre eux (comme Pline lui-même) aient parlé du seul vrai Dieu et de sa providence en termes déshonorants, parce qu’ils ne le connaissaient pas (et j’aurais vraiment souhaité l’omission de leurs discours, si les lois de la traduction le permettaient), nous pouvons espérer que les Chrétiens, instruits depuis si longtemps par la lumière de la grâce émanant du verbe sacré de Dieu, ne lui accorderont pas moins l’honneur qu’il mérite que lorsqu’ils entendent de façon similaire les blasphèmes de Sennachérib[17], roi d’Assur, qui railla le Dieu vivant[18]. Je ne crains pas tant la corruption des esprits inconstants de ces stupides Gentils en terres étrangères que l’esprit trompeur de l’erreur sortant de la bouche des hommes de chez nous — de ceux qui, je veux dire, se trouvent dans le sein de l’Église. Ceux-là sont les renards[19] dont nous redoutons qu’ils ne massacrent les vignes du Seigneur lorsque les grappes commencent à se former, et dont je souhaite que tous les cultivateurs de Dieu craignent davantage les agissements. Quant aux discours de ces païens aveugles, ils pourraient bien conduire le vrai Chrétien à louer la miséricorde de Dieu, qui se tient dans une lumière si glorieuse qu’elle éclipse les plus beaux paysages de la nature mais qui, par égard pour notre confort, a voilé sa gloire et éclairé par sa grâce l’œil de l’entendement afin que nous puissions voir son visage dans celui de ses bien-aimés, le reconnaître comme le seul vrai Dieu, et connaître sa providence divine qui s’étend à toutes ses créatures. Et quand ils s’apercevront que le savant le plus sage et le plus compétent sur les choses de la nature ne fut ni en mesure d’apprendre du livre du ciel et de la terre qui est le créateur dont ils chantent la gloire et mettent les créations en exergue[20], ni de déceler qui était l’ordonnateur de la nature lorsque, par son verbe, il les fit si parfaits[21] ; et qui, par ses bienfaits et sa providence omniprésente, conserve un tel pouvoir d’action que les hommes et les femmes perdurent, et qu’il ne fut pas non plus en mesure de comprendre pourquoi la nature perdit la perfection de toutes ses créatures, ni pourquoi le pouvoir de la nature à faire le bien n’a pas simplement été affaibli (raison pour laquelle nous la voyons faillir dans bon nombre de ses desseins) mais aussi perverti[22] ; alors, dis-je, ils seront d’autant plus enclins à être frappés par la grâce divine pour rendre respectueusement compte des saintes écritures[23] que Dieu, dans sa généreuse miséricorde, leur a données en guise de lumière éclairant toute chose et les guidant de manière à éviter les erreurs produites par l’aveuglement de la nature, et afin de les conduire à la Jérusalem céleste et au plus heureux des mondes — celui où il siège dans sa sainteté, et qu’ils vénèrent dans l’unité et la trinité. Poursuivez donc votre travail, mon très cher ami, jusqu’à la naissance de votre deuxième ouvrage ; je prie par là-même que Dieu puisse être honoré par les louanges de ce qu’il a accompli dans la nature, et je vous souhaite la sérénité d’une bonne entente avec vos lecteurs, d’être employé à bon escient par votre pays et apprécié pour votre compétence. À celui qui seul possède l’immortalité et se tient dans cette lumière que nul ne peut atteindre, à Dieu, seul sage[24], qu’en revienne tout l’honneur et toute gloire. Iunij xij[25]. 1601.

 

Votre ami affectioné qui a foi en le Seigneur,

 H.F.

 

[1] Peintre grec, élève de Nicomaque et contemporain d’Apelle.

[2] Il s’agit bien sûr d’Élisabeth Ière et de son Conseil Privé.

[3] Holland venait en effet de publier la traduction l’Histoire romaine de Tite-Live (Roman History, 1600).

[4] « Les choses répétées dix fois plairont toujours ». Aphorisme célèbre tiré de l’Art poétique d’Horace (365).

[5] Thomas North traduit The Lives of the Noble Greeks and Romans de Plutarque dès 1579 (Holland lui-même proposera, deux ans après la parution de son Histoire naturelle de Pline, une traduction de Plutarque, Moralia, avant de s’attaquer à Suétone en 1605). Des traductions de Tacite apparaissent un peu plus tard en Angleterre, dans les années 1590. Henry Savile propose ainsi une traduction en 1591 (Books of the History of Tacitus, and his Life of Agricola, with a view of certaine Military Matters, for the better understanding of the Roman ancient Stories). Un certain Richard Grenewey publiera quant à lui The Annales of Cornelius Tacitus en 1598.

[6] L’empereur romain Vespasien, ami de Pline, fonda la dynastie des Flaviens, qui régnèrent sur l’Empire de 69 à 96.

[7] C’est-à-dire « crever les yeux des corneilles » (Cicéron, Pro Murena, 11, 25).

[8] L’empereur Vespasien régna de 69 à 79. Son fils Titus lui succéda à la tête de l’empire, l’année de la mort de Pline.

[9] Statue mythique de Pallas protégeant Troie.

[10] Le mot anglais « protest » est à comprendre ici au sens de « montrer » ou de « démontrer ».

[11] C’est-à-dire, « avare au plus haut point », ou « l’un des plus avares ».

[12] Un extrait de la correspondance entre Pline le jeune (neveu de Pline l’ancien) et Tacite relate la mort de Pline en 79 sur le mont Vésuve (voir Lettres, VI, 16).

[13] « Qu’on ne peut pas connaître ».

[14] À l’instar de son père, homme d’Église et ami de Myles Coverdale (1488-1568),  premier traducteur de la Bible en anglais.

[15] Note marginale : Tit. 1

[16] Note marginale : Rom. 1.

[17] 705-681 av. J.-C.

[18] Note marginale: 2 Reg. 18.

[19] Note marginale : Cant. 3

[20] Note marginale : Psal. 19. Rom. 1

[21] Note marginale : Gen. 1.

[22] Note marginale : Gen. 3. Rom. 8.

[23] Note marginale : Psal. 119. & 147

[24] Formule biblique. Cf. Romains 16:27 « à Dieu, seul sage, la gloire, par Jésus-Christ, aux siècles des siècles ! Amen ! ».

[25] Le 12 juin.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.